Navigation – Plan du site
359
Aḥmad Kāẓemī Mūsavī

« Še⁽r-e Ḥāfeẓ dar zamān-e Ādam andar bāġ-e ḫold. Ketāb-e ⁽Erfān va rendī dar še⁽r-e Ḥāfeẓ ». Našr-e Dāneš, 20, 1 (1382/2003), pp. 37-41.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Un grand article sur un grand livre, celui de Dāryūš Āšūrī, ⁽Erfān va rendī dar še⁽r-e Ḥāfeẓ (Tehrān, Našr-e Markaz, 1379/2000). La description minutieuse du contenu que fait l’A. de l’article permet de situer l’étude dans la continuité du précédent livre de D. Āšūrī, Hastī-šenāsī-ye Ḥāfeẓ (‘The Ontology of Hāfiẓ’, Našr-e Markaz, 1377/1998, 305 p.), qui fut, on s’en souvient, apprécié et contesté de plusieurs côtés. Car D. Āšūrī y fondait son analyse de l’ontologie hâfézienne sur la notion d’archétype (sar-nomūn), telle que Mircéa Eliade l’utilisa dans ses travaux d’historien des religions. On le sait, Ḥāfeẓ est tributaire, dans sa conception fondamentale sur l’origine de l’humanité avant le Temps, de ce qu’il trouva dans l’ouvrage de Najm al-Dīn Rāzī Dāye (Merṣād al-⁽ebād) et d’abord dans le commentaire du Coran par Meybodī (Kašf al-asrār). Pour D. Āšūrī, Ḥāfeẓ fonda sur l’archétype de l’Homme Parfait sa notion de rend (en gros, l’amant fou). D. Āšūrī recourt ici à la distinction que put établir Naṣrollāh Pūrjavādī entre une école soufie khorâsânienne à caractère inspiré et poétique, et une école soufie à caractère plus théorique et métaphysique, Ḥāfeẓ relevant de la première. D. Āšūrī avance alors une distinction historique dans celle-ci, entre un soufisme fondé sur l’amour de Dieu (⁽erfān-e ḫodā-⁽āšeqāne) tel que le vécut Jalāl al-Dīn Rūmī, et un soufisme fondé sur une attitude de total amour fou (⁽erfān-e rendāne), propre à Sa⁽dī, mais surtout à Ḥāfeẓ. Selon D. Āšūrī, chez Ḥāfeẓ l’archétype de l’Homme Parfait se trouve inscrit dans le mythe (osṭūre) de sa création dans la prééternité, où il fut chargé du dépôt de l’amour divin. Il y eut un drame dans le ciel de la prééternité, qui lia à jamais l’amant à son Compagnon (yār), l’ange étant exclu de ce privilège qui lança l’homme dans l’aventure terrestre. En somme, D. Āšūrī s’est engagé dans l’analyse du Dīvān de Ḥāfeẓ en philosophe de la littérature persane, « cherchant le mythe ordonnateur de l’ensemble des notions fluentes et parfois contradictoires de la poésie de Ḥāfeẓ », comme l’écrit l’A. de l’article. Et non sans prendre beaucoup de risques dans la réduction de sa lecture du monument hâfézien. L’A. souligne que, malgré l’effort exceptionnel de compréhension du Dīvān, l’entreprise élude des aspects essentiels de la pensée hâfézienne, comme, la marque sur celle-ci de la conception ash’arite du destin. Par ailleurs, D. Āšūrī se hasarde à des expressions lourdes de signification, qui ne conviennent pas à son analyse, comme celle de waḥdat al-wujūd, ou même celle de l’Homme Parfait telle que Nasafī l’avait conçue. Pour l’A., D. Āšūrī se présente en herméneute au sens moderne de celui qui cherche à reconduire à son principe (be avval bordan) la pensée générative de l’œuvre de Ḥāfeẓ. Initiateur audacieux, D. Āšūrī a suffisamment avancé sa recherche pour enrichir notre vocabulaire sur les points abordés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Aḥmad Kāẓemī Mūsavī, « « Še⁽r-e Ḥāfeẓ dar zamān-e Ādam andar bāġ-e ḫold. Ketāb-e ⁽Erfān va rendī dar še⁽r-e Ḥāfeẓ ». Našr-e Dāneš, 20, 1 (1382/2003), pp. 37-41. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 359, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/1914

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page