Navigation – Plan du site
363
Gilbert Lazard

« Encore la versification pehlevie ». Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 26 (2002), pp. 130-139.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Index by keyword :

Pehlevi, robā⁽ī

Auteurs mentionnés :

Sh. Shaked, W. B. Henning
Haut de page

Texte intégral

1Dixième de la série EVLIA de l’A., cet article est introduit par les principes de la versification en moyen-perse tels que Gilbert Lazard les a dégagés de sa pratique des textes subsistants (c.r. n° 362 de son 12e article de la série EVLIA, où ils sont bien développés). Sur cette pratique, référence est faite aux articles fondamentaux de S. Shaked (« Specimens of Middle Persian verse ») et de G. Lazard (« Āhu-ye kuhī, le chamois d’Abu Hafs de Sogdiane »), tous deux publiés dans W. B. Henning Memorial Volume, London, 1970, respectivement aux pp. 395-405 et 238-244. Dans le distique d’Abū Ḥafṣ, en persan préclassique, G. Lazard montrait que la versification est fondée sur la répartition des accents, vestige de la tradition préislamique, elle-même fondée sur la répartition des ictus, avec une césure divisant le vers en deux parties inégales. C’est tout particulièrement cette division du vers en parties inégales qui a mis sur la piste d’un rapprochement, devenu évident, avec le robā⁽ī, le quatrain persan, sûrement d’origine moyen-perse par sa structure. La partie centrale du présent article est l’étude de la versification du troisième des trois poèmes pehlevis publiés par S. Shaked dans l’article déjà cité. L’étude montre que les principes de la versification moyen-perse sont bien à l’œuvre. Elle permet à l’A. de dégager, pour la structure d’ensemble des vers, une formule unique et générale. Du vers moyen-perse, il peut aller alors vers le vers persan classique. On sait que les mètres les plus usuels de ce persan ne sont pas les mêmes qu’en arabe, et l’on voit ici à nouveau que le mètre ancien et spécifique du persan, une forme de hazaj, est en continuité de structure avec un prédécesseur, le mètre propre de ce troisième poème pehlevi. Cette mise en évidence vient après celle de la continuité du quatrain et du mètre motaqāreb, didactique et épique (article n° 9 de EVLIA, et article de G. Lazard sur un poème baloutche) avec les procédés propres à la versification parthe et moyen-perse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Gilbert Lazard, « « Encore la versification pehlevie ». Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 26 (2002), pp. 130-139. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 363, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/1934

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page