Navigation – Plan du site
446
Julie Scandella

« L’Union européenne et l’Iran. Entre institutionnalisation et suspension des relations », in : Azadeh Kian-Thiébaut, dir., L’Iran : le régime conforté. Les Cahiers de l’Orient, n° 79, 3e trim. 2005, pp. 101-116.

Compte-rendu réalisé par Philippe Rochard

Entrées d’index

Rubriques :

13.1. Iran

Auteurs mentionnés :

Azadeh Kian-Thiébaut
Haut de page

Texte intégral

1À travers cette analyse précise et détaillée du « dialogue critique » euro-iranien, qui débute après le sommet des Douze à Edimbourg en 1992, l’A. nous permet de comprendre le contexte – une volonté de réinsertion sur l’échiquier mondial via les Européens pour l’Iran et la prise en compte du rôle stratégique de l’Iran au Moyen-Orient pour les Européens – qui a progressivement amené les uns et les autres à vouloir entamer ce dialogue. Celui-ci couvre quatre aires de préoccupation partagées par la communauté internationale en général et par l’Europe en particulier : la question du processus de paix au Proche-Orient, le terrorisme, les armes de destruction massive et les droits de l’homme (p. 106).

2Contrairement aux États-Unis, tout à leur analyse bipolaire du monde, l’Europe ne cherche pas un changement de régime mais un changement de politique en Iran (p. 116). L’avancée des discussions entre les deux interlocuteurs (voir l’excellente partie sur l’apprentissage d’une diplomatie collective du côté européen et l’adaptation de la diplomatie iranienne à ce cas de figure inédit, p. 107) débouche sur la décision de conclure un Accord de Commerce et de Coopération en juin 2002 incluant un volet commercial et politique. C’est alors que les choses se gâtent : en août 2002 éclate au grand jour l’affaire du programme nucléaire clandestin iranien qui vient interrompre sine die toutes les négociations. L’A. montre comment, dans ce contexte de crise, les parties en présence, après avoir fait monter les enchères, s’évertuent ensuite à garder le contrôle des événements. Le problème, et l’A. le relève fort bien dans sa conclusion, est que les enjeux sont désormais très élevés de part et d’autre, « les Européens ont engagé leur crédit et leur capacité à agir sur l’échiquier mondial, les Iraniens, leur légitimité et leur avenir » (p. 116).

3Cet excellent article permet d’appréhender les positions européennes et la formation originale d’une diplomatie de groupe. En revanche, il ne fait pas apparaître le débat politique interne iranien autour de ces négociations, qui permet, seul, de comprendre les revirements de l’Iran.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Rochard. Julie Scandella, « « L’Union européenne et l’Iran. Entre institutionnalisation et suspension des relations », in : Azadeh Kian-Thiébaut, dir., L’Iran : le régime conforté. Les Cahiers de l’Orient, n° 79, 3e trim. 2005, pp. 101-116. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 446, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/19511

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page