Navigation – Plan du site
452
Frédéric Tellier

L’heure de l’Iran. Paris, Ellipses, 2005, 220 p.

Compte-rendu réalisé par Azadeh Kian-Thiébaut

Entrées d’index

Rubriques :

13.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Ancien attaché culturel à l’Ambassade de France en Iran, l’A. annonce la venue de l’heure de l’Iran. Le sort de ce pays qui donne le ton au Moyen-Orient sera scellé soit en devenant la troisième cible de Washington, soit en devenant la seule puissance régionale pour servir de pivot à la stratégie américaine dans la zone. L’A. repère dans les principes du régime islamique la marque de l’idéologie moderne, et dans sa structure les formes du totalitarisme. L’ambition révolutionnaire de 1979, écrit l’A., est une ambition moderne qui est la négation de la tradition et le symbole de sa mise à l’écart. Pour l’A., l’idée de la coexistence d’une composante démocratique et d’une composante autocratique est illusoire car les instances démocratiques sont soumises au contrôle d’institutions islamiques et à leur tête à celui du Guide. La disparition de l’électorat et sa sortie du jeu politique illustrent, selon l’A., cette réalité et montre que les électeurs ont cessé d’espérer en ce jeu ou de le tenir pour légitime. Les dissonances et les contradictions du pouvoir ne mettent pas en évidence la promesse d’un pluralisme mais plutôt un inachèvement structurel. L’A. distingue quatre cercles de pouvoir au cœur desquels se trouve un microcosme islamique constituant le noyau dur du pouvoir conservateur lié au Guide. Au sein du deuxième cercle se mêlent les acteurs démocratiquement élus et ceux nommés par le Guide. C’est dans ce cercle que sont exprimées les tensions entre les aspects islamo-théocratiques et islamo-républicains du régime. Le troisième cercle constitue l’assise économique et militaire du régime et illustre le dédoublement de l’État, de par le système parallèle de régulation sociale et économique qu’il instaure. Enfin le quatrième cercle ou la société civile qui, selon l’A., monte en puissance sans toutefois qu’il nous explique comment un tel phénomène devient possible dans un système totalitaire. Après un aperçu sur la diplomatie iranienne et les tensions liées aux ambitions nucléaires des dirigeants iraniens, l’A. conclut que l’heure de l’Iran est aussi l’heure d’une solidarité transatlantique et celle d’un choix moral évitant que le politique et l’éthique ne soient réduits aux intérêts économiques. L’ouvrage est fondé sur un nombre très restreint de sources secondaires et reflète le positionnement politique et idéologique de son auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azadeh Kian-Thiébaut. Frédéric Tellier, « L’heure de l’Iran. Paris, Ellipses, 2005, 220 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 452, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/19611

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page