Navigation – Plan du site
369
Mohammad Mokri

« Esthétique et lexique du corps humain dans la littérature classique iranienne » (1ère partie). Journal Asiatique, 291, 1&2 (2003), pp. 249-293.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1La substance de l’article est encadrée par deux réflexions qui pouvaient bien engager une recherche prometteuse. A la p. 250, est énoncé ce qu’est l’esthétique du corps humain dans la tradition lyrique persane : si le portrait est réservé aux historiens (ce que montre un exemple, aux pp. 272-3), la description lyrique du corps et surtout du visage est une suggestion de la beauté magnifiée par des comparaisons recourant à la nature ou aux accessoires du corps, comme les bijoux et les parfums. A la p. 292 est une phrase qui mérite d’être reproduite :
« … La description lyrique traditionnelle du corps tisse une connivence étroite entre les éléments de la nature, de sorte que ceux-ci, qu’il s’agisse des fleurs, des pierres précieuses, des astres ou de tout autre élément, se substituent à la forme anatomique, pour rendre compte de sa beauté et de l’effet qu’elle produit ». Entre ces deux réflexions prometteuses sont développées plusieurs analyses qui n’ont pas entre elles leur cohérence. Les deux premières concernent un récit arabe de Ṭabarī contenant en particulier une « Ordonnance de la Beauté », sur le canon de la beauté féminine, physique et morale (Tārīkh al-rusul wa’l-mulūk, éd. du Caire, t. 2, pp. 193-212) ; ce récit et l’Ordonnance sont comparés, de façon intéressante, à la traduction persane qu’en fit Bal⁽amī un demi-siècle plus tard (Tārīḫ-e Bal⁽amī, Ibn Bal⁽amī. Takallome va tarjome-ye tārīḫ-e Ṭabarī, édition M. T. Bahār et M. P. Gonābādī, Tehrān, 1353/1974, pp. 1098-1111 ; voir la traduction française du texte de Bal⁽amī dans H. Zotenberg, pp. 309-313 tome 2 de la Chronique de (…) Ṭabari, traduite sur la version persane de (…) Bel’am, (…), Paris, 1958). On passe ensuite à une traduction de l’A. des chants de Bārbad et Nagīsā sur la beauté de Šīrīn, lors de la très célèbre scène finale du roman de Ḫosrow va Šīrīn de Neẓāmī (édition Vaḥīd-e Dastgerdī, pp. 368-9). Puis viennent une série de termes géographiques empruntés au registre du corps humain. On s’engage alors dans des pages consacrées à des tournures syntaxiques et rhétoriques comportant des vocables portant sur le corps humain. Vient encore une étude des systèmes de la comparaison, suit une autre sur un traité mazdéen où il est question d’énigmes portant sur la connaissance du corps. Pour finir, deux pages sur la description des membres du corps dans les textes mystiques persans. Je ne sais comment s’ordonnera la suite annoncée à cette première partie, que publiera le Journal Asiatique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Mohammad Mokri, « « Esthétique et lexique du corps humain dans la littérature classique iranienne » (1ère partie). Journal Asiatique, 291, 1&2 (2003), pp. 249-293. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 369, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/1986

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page