Navigation – Plan du site
370
Bahman Nāmvar Moṭlaq

« Bāġ-e ḥosn. Ṭabī⁽at-e giyāhī va ṣovar-e ḫiyāl ». Ḫiyāl (Khiyal), 7 (1382/2003), pp. 4-19.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Pierre Hadot
Haut de page

Texte intégral

1Pour présenter la suite de son enquête sur la description du visage en poésie persane (voir c.r. n° 371), l’A. formule le titre de son article d’une façon embarrassée. A côté du recours à la beauté de la calligraphie de lettres arabes, pour dire à quoi ressemble le visage, il y a, bien sûr, le recours à la nature, plus précisément le domaine végétal et floral. C’est ce que suggère la deuxième partie du titre de l’article. En fait, l’article se borne à un inventaire, avec exemples, des comparaisons poétiques entre le visage et ses parties, ainsi que la chevelure, avec la nature. Il montre que celle-ci est limitée à la partie de nature que la culture humaine a enclose et maîtrisée, c’est-à-dire le jardin. Le visage est un jardin. L’enquête n’est pas approfondie. Il y a d’abord que le visage décrit par le poète persan est toujours le beau visage de l’être aimé. La description de ce visage tend toujours à le montrer plus beau que le jardin. Plus généralement, il manque à l’enquête une vue réfléchie sur la façon dont la poésie persane a traité de la nature. Helmut Ritter avait ouvert cet immense chantier, à propos de l’œuvre de Neẓāmī, d’autres l’ont suivi, qu’ignore l’auteur. D’autre part, la philosophie contemporaine a immensément ouvert la réflexion sur la relation de l’homme à la nature, comme on le voit dans le récent ouvrage de Pierre Hadot, Le voile d’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de Nature, Paris, 2004). On souhaite que l’A. élargisse son enquête, aidé de la grande connaissance qu’il a de la lyrique persane. Et pourquoi, dans l’abstract anglais, ḥosn est-il traduit par « virtue » ? Le visage de l’aimé est loin d’être un jardin de vertu, si l’on en croit Hāfeẓ !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Bahman Nāmvar Moṭlaq, « « Bāġ-e ḥosn. Ṭabī⁽at-e giyāhī va ṣovar-e ḫiyāl ». Ḫiyāl (Khiyal), 7 (1382/2003), pp. 4-19. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 370, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/1995

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page