Navigation – Plan du site
398
Azadeh Kian-Thiébaut

La République islamique d'Iran : de la maison du Guide à la raison d'État. Paris, Michalon, 2005, 129 p.

Compte-rendu réalisé par Anicée Van Engeland

Entrées d’index

Rubriques :

12.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est une analyse du paradoxe iranien, entre un régime islamique qui s’institutionnalise et une laïcisation de la société. La première partie de l’ouvrage analyse la désacralisation, la laïcisation et la modernité comme nouveaux fondements de la société iranienne. L’A. analyse les aspirations modernes d’une société en mutation et se pose la question de la légitimité de l’élite politico-religieuse et de la représentativité des institutions politiques qui apparaissent en contradiction avec la condition de la société. A. Kian-Thiébaut tente de comprendre pourquoi, en dépit d’une crise de légitimité à l’intérieur du pays et d’une importante crise à l’extérieur, le régime islamique parvient à se maintenir au pouvoir, voire à se consolider. Selon l’A., le facteur pétrolier et les conséquences de l’invasion américaine en Irak et en Afghanistan participent au renforcement du régime islamique. A cela s’ajoute le facteur intérieur. L’élite politico-religieuse adopte sans cesse de nouvelles stratégies de légitimation. L’accès à la technologie nucléaire, devenu désormais la nouvelle devise du nationalisme iranien, en est un exemple. Par ailleurs, à travers sa recomposition et son évolution sur le plan politique, idéologique et discursif, l’élite tente d’accompagner les changements sociétaux et la recomposition identitaire. Mais le régime islamique se maintient au pouvoir aussi en raison de l'institutionnalisation de l'ordre politique, associée à la laïcisation introduite par la Constitution et par l'ensemble de la législation, à l'impact sécularisateur des réformes négociées introduites dans le système politique, à la pacification du champ politique et au rejet par la société de la violence comme mode de régulation du politique. La deuxième partie de l’ouvrage présente une analyse de la naissance de l’État social. Pour l’A., le rôle central de l’État dans l’économie lui permet de maintenir la dépendance des groupes les plus démunis à travers la politique sociale, et à s’attacher d’autres groupes sociaux, dont une partie de la classe moyenne moderne, par le biais de l’allocation de ressources et donc de cooptation. Les revenus pétroliers de l’État, qui lui assurent une autonomie vis-à-vis des groupes sociaux, lui permettent aussi d’entraver la possibilité des alliances sociales entre diverses catégories de classes moyennes et d’autres groupes sociaux.

2Dans la troisième et dernière partie, l’A. aborde la question de la politique étrangère qui, sous Ḫātamī, a illustré l’amorce d’une rationalisation et qui a cheminé de l’islamisme au nationalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anicée Van Engeland. Azadeh Kian-Thiébaut, « La République islamique d'Iran : de la maison du Guide à la raison d'État. Paris, Michalon, 2005, 129 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 398, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/20311

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page