Navigation – Plan du site
401
Azadeh Kian-Thiébaut et Marie Ladier-Fouladi

Famille et mutations sociopolitiques. L'approche culturaliste à l'épreuve. Paris, Éd. de la Maison des sciences de l'homme, 2005, 145 p. (« Colloquium », 5)

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Rubriques :

12.1. Iran

Auteurs mentionnés :

Christian Bromberger, André Burguière
Haut de page

Texte intégral

1Actes d’un colloque tenu au C.N.R.S. à Ivry le 8 mars 2002. Outre la présentation par André Burguière et l’introduction des organisatrices, le volume réunit six substantielles communications, dont trois consacrées à l’Iran.

2Dans la première, intitulée « Le système familial et la politique en Iran » (pp. 41-69), Marie Ladier-Fouladi, en s’appuyant sur les résultats d’une vaste enquête sur les caractéristiques socio-économiques des ménages iraniens, montre la modification des relations intergénérationnelles qui a résulté de la dissolution de l’ordre patriarcal traditionnel. L’A. voit dans cette modification la source des aspirations réformistes qui se sont exprimées à l’occasion des élections présidentielles de 2001.

3Dans sa contribution sur « Changements familiaux et modernité politique en Iran » (pp. 89-123), Azadeh Kian-Thiébaut s’attache à souligner le rôle joué par les femmes et les jeunes dans les changements en cours en Iran. Paradoxalement, la rigueur des principes de la chari’a envers les femmes a incité celles-ci à développer de nouvelles stratégies pour contourner ou affaiblir la domination masculine et l’ordre patriarcal, notamment en intervenant directement dans la sphère publique voire politique et/ou en donnant à leurs enfants une éducation favorisant l’autonomie et la responsabilité plutôt que le respect et la soumission comme autrefois.

4Succédant à ces deux contributions aux sujets voisins et aux conclusions complémentaires, un article de Christian Bromberger examine la situation dans une région au fort particularisme. « Famille et parenté dans la plaine du Gilân (Iran) » (pp. 125-142) se caractérisent en effet par des foyers de dimensions réduites, par un faible taux de fécondité, par une large exogamie et par des stratégies déterminées en fonction des types de propriété et des nécessités de la mise en valeur des terroirs caspiens. À la différence des régions du plateau iranien soudées par ses droits collectifs et par la stabilité de ses lignages, le Gilân apparaît caractérisé par la mobilité des types de culture, des terres, des femmes, etc. Nonobstant ses fortes singularités, cette région semble ainsi avoir anticipé, depuis une vingtaine d’années, plusieurs des tendances actuelles de la société iranienne dans son ensemble.

5Voilà donc un volume riche, original et éclairant, mais dont on comprend mal le sous-titre : l’approche « culturaliste », hélas souvent confondue ici avec la simple prise en considération des facteurs culturels, constitue-t-elle un obstacle à notre compréhension des sociétés musulmanes tel qu’elle justifie une mise à l’« épreuve » au demeurant presque totalement absente de l’ouvrage ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Azadeh Kian-Thiébaut et Marie Ladier-Fouladi, « Famille et mutations sociopolitiques. L'approche culturaliste à l'épreuve. Paris, Éd. de la Maison des sciences de l'homme, 2005, 145 p. (« Colloquium », 5) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 401, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 15 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/20341

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page