Navigation – Plan du site
380
Naṣrollāh Pūrjavādī

« Fārsī-gū’ī-ye ⁽ārefān-e naḫostīn. Faṣlī az tārīḫ-e zabān-e fārsī (2) ». Našr-e Dāneš, 20, 1 (1382/2003), pp. 8-16.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Comme un chapitre d’une histoire de la langue persane, une histoire que Parvīz Nātel Ḫānlarī avait brillamment commencée, l’A. débuta une enquête (référence non donnée) consacrée au persan employé par les premiers spirituels musulmans. Elle a concerné les traces de persan que l’on garde d’écrits arabe du 3e/9e s., ceux de Ḥabīb ⁽Ajamī et, bien sûr, de Bāyazīd Basṭāmī. Le présent article en est la suite, fruit d’une enquête sur l’usage du persan chez les spirituels, en gros les soufis, jusqu’au début du 4e/10e s. On y voit opposés les auteurs du
S.-O. de l’Iran, Ispahan et Chiraz, à ceux du N.-E. Ispahan et Chiraz étaient alors sous l’influence de Bagdad et de l’Irak, dominés par la langue arabe et par le hanbalisme. Des mots comme dūst se trouvent dans les écrits de Sahl-e Tostarī, quand il s’adresse à ses disciples (sur lui, voir sa biographie dans Arj-nāme-ye Īraj, vol. 2, article de M. Dehqānī), mais l’enquête est maigre. De même, chez Abū Bakr Ṭamastānī (ob.~340/951), on trouve des allusions au fait qu’avant lui certains auteurs usaient du persan. En témoigne le mot šādī, utilisé pour des vœux. Ceci est rapporté par ⁽Alī b. Sahl Eṣfahānī, au majlis duquel Ḥallāj aurait participé. Moins décevante est l’enquête dans les écrits du N.-E. au 3e/9e s. Ainsi dans les Faḍā’el-e Balḫ, de Abū Bakr Vā⁽eẓ-e Balḫī, du 6e/12e s., on trouve l’évocation d’un usage du persan au 3e/9e s., par un disciple d’Abū Ḥanīfa, à savoir ʽĀṣamm b. Yūsof, dont quelques mots persans sont rapportés de lui. Mais le témoin majeur de ces temps reculés fut Ḥakīm Tirmiḏī (mort peu avant 300/912), un auteur bien étudié maintenant (voir Bernard Radtke, Al-Hakīm al-Tirmīdī, Freiburg, 1980). On trouve chez lui quelques expressions et quelques phrases en persan, en fait cinq mots et sept phrases, déjà traduits, et quelques autres mots, que l’A. tente de traduire. N. Pūrjavādī s’attache tout particulièrement à la traduction persane du début de la profession musulmane lā ilah. Tirmiḏī s’opposa justement à la forme nīst ḫodā’ī, équivalent arabe de laysa ilah, impliquant, dès le début, la négation de toute divinité ; tandis que traduire na ḫodā’ī-st joz ān ḫodā… respecte l’exigence de tanzīh, exclusion de toute entité associée à Dieu et lui ressemblant (voir aussi en ce sens Paul Nwyia, Mélanges de l’Université Saint Joseph de Beyrouth, tome XLIX (1975-6), pp. 740-765, auquel N. Pūrjavādī renvoie justement). Il faut souhaiter une suite à cette importante enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Naṣrollāh Pūrjavādī, « « Fārsī-gū’ī-ye ⁽ārefān-e naḫostīn. Faṣlī az tārīḫ-e zabān-e fārsī (2) ». Našr-e Dāneš, 20, 1 (1382/2003), pp. 8-16. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 380, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2047

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page