Navigation – Plan du site
326
Mehrān Afšārī

Fotovvat-nāme-hā va rasā’el-e ḫāksārīye (sī resāle). Tehrān, Pažūhešgāh-e ‘olūm-e ensānī va moṭāle‘āt-e farhangī, 1382/2003, 380 p., 9 index, biblio.

Compte-rendu réalisé par Marina Gaillard

Texte intégral

1Choix de dix-sept fotovvat-nāmes et de treize traités ou rasā’el-e ḫāksārīye extraits de recueils conservés dans différentes bibliothèques à travers le monde et mis par écrit – pour quelques-uns en vers – à partir du VIIe/XIIIe s. et jusqu’aux périodes safavide et qajar. Chaque document fait l’objet d’une présentation mettant en évidence ses principaux points d’intérêts et ses spécificités et donnant un descriptif du manuscrit dans lequel il figure. Ces textes exposent les règles de comportement, les rituels et les traditions en vigueur dans le milieu des fetyān ou javānmardān et leur donnent une origine, des explications et des patrons légendaires. Certains abordent plus particulièrement un élément du rituel (pantalon, coupe d’eau salée), d’autres consistent en des traités de corporations (bouchers, cordonniers, cuisiniers, barbiers, préposés aux saignées) ou s’attachent aux usages observés dans les confréries soufies populaires ḥeydarīye et ḫāksārīye. Bien que composés sur un modèle comparable à celui des fotovvat-nāmes, les rasā’el-e ḫāksārīye, traités plus tardifs, ne sont plus tant concernés par les règles de la fotovvat que par des notions relevant plus purement du soufisme ou par les coutumes se rapportant au vêtement et aux ustensiles des ḫāksārīyān. Une longue introduction de l’éditeur précède l’ouvrage, s’appliquant à la tâche délicate de retracer les nombreux aspects du mouvement ‘ayyār (bien que l’origine persane du terme ne puisse être tenue pour assurée) et ses rapports avec la fotovvat ou javānmardī, ainsi que le croisement de cette dernière avec le soufisme. Il s’y ajoute un vif plaidoyer, auquel on ne saurait que souscrire, relatif à la place tenue, dans la culture de l’Iran, par la littérature dite populaire et aux multiples intérêts qu’elle présente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard. Mehrān Afšārī, « Fotovvat-nāme-hā va rasā’el-e ḫāksārīye (sī resāle). Tehrān, Pažūhešgāh-e ‘olūm-e ensānī va moṭāle‘āt-e farhangī, 1382/2003, 380 p., 9 index, biblio. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 326, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/20541

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page