Navigation – Plan du site
328
Marina Gaillard

Alexandre le Grand en Iran. Le Dârâb Nâmeh d’Abu Tâher Tarsusi. Traduit et annoté par Marina Gaillard, Paris, Édition de Boccard, 2005, 435 p., biblio., index. (‘Persika’ 5)

Compte-rendu réalisé par Angelo-Michele Piemontese

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Abu Tâher Tarsusi
Haut de page

Texte intégral

1Belle traduction de l’histoire d’Alexandre qui constitue une anthologie du très vaste récit multicolore de Ṭarsūsī (11e/12e s.), le premier maître de la littérature persane « des conteurs professionnels ». La traduction (pp. 93-405) est conçue « de manière à pouvoir satisfaire la curiosité du non-spécialiste comme à alimenter la discussion parmi les spécialistes » (p. 89). M. Gaillard a le mérite d’avoir présenté dans l’introduction (pp. 6-87), sous une forme passionnante pour les lecteurs et bien documentée pour les savants, les divers aspects d’un sujet compliqué, l’auteur et son ouvrage : « une très intéressante compilation de traditions, grecque, iranienne et islamique – auxquelles s’est adjoint le folklore –, correspondant à des strates culturelles et historiques successives » (p. 73). Outre le roman hellénistique, la littérature sassanide, la tradition zoroastrienne, Ferdowsī, « l’influence probable de l’oralité », les chroniques historiques, Neẓāmī, Amīr Ḫosrow Dehlavī, Jāmī, l’image d’Alexandre est considérée en ce qui concerne le récit de Ṭarsūsī et notamment (pp. 28-46) l’analyse des protagonistes : Alexandre, un oublieux et un incapable, vis-à-vis de Būrāndoḫt, « en laquelle s’incarne toute l’âme du pays » iranien (p. 49). Une source grecque de l’histoire de l’arbre des araignées géantes (p. 67) se constate sans doute chez Aelianus, De Natura Animalium, XVII.40 ; cf. Aelian on the Characteristics of Animals, ed.-transl. by A. F. Scholfield, London-Cambridge, Mass., 1959, vol. III, pp. 374-375.

2Cependant le récit exalte les rôles des femmes, blanches (sepīd) et noires (siyāh), implique souvent des faits d’ordre sexuel et décrit de relatifs troubles émotifs, parle de l’inceste, des fonctions médicales du lait maternel. Bien loin d’être le mysogine habituel de maints ouvrages dans presque toutes les littératures, l’A. semble un féministe avant la lettre, et par hypothèse une femme, en tant que transmetteur antique du récit. Ce n’est qu’un exemple d’une foule de questions que soulèvent l’identité de Ṭarsūsī et son texte, dont une édition critique adéquate est souhaitable. À mon avis, il serait avantageux de répartir le Dārāb-nāme, qui s’avère une sorte de trilogie virile-féminine, en trois livres, ou romans refondus : livre I : Homāy et Dārāb senior (texte, éd. Ḏ. Ṣafā, vol. I, pp. 3-390) ; livre II : Alexandre et Būrāndoxt (pp. 390-561, vol. II, pp. 1-281) ; livre III : Alexandre et Platon (pp. 282-586). L’épilogue évoque le parcours de Salomon et l’image de « Salomon II » vers Jérusalem (pp. 586-597).

3Sur l’existence d’un roman persan de Platon, cf. A. M. Piemontese, « Percorsi di testi narrativi greci in versione persiana », in : F. Beggiato & S. Marinetti, eds., Convegno Vettori e percorsi tematici nel Mediterraneo romanzo. Seminario L’Apollonio di Tiro nelle letterature euroasiatiche dal Tardo-antico al Medioevo, Soveria Mannelli (CZ), Rubbettino, 2002, pp. 135-143, 305-306.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angelo-Michele Piemontese. Marina Gaillard, « Alexandre le Grand en Iran. Le Dârâb Nâmeh d’Abu Tâher Tarsusi. Traduit et annoté par Marina Gaillard, Paris, Édition de Boccard, 2005, 435 p., biblio., index. (‘Persika’ 5) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 328, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/20571

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page