Navigation – Plan du site
381
Naṣrollāh Pūrjavādī et Seyyed ⁽Alī Āl-e Dāvūd

« Monāẓere-ye ḫazān va bahār ». Našr-e Dāneš, 20, 1 (1381/2003), pp. 59-60.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1On sait l’intérêt qu’a porté à la ‘langue d’état’ (zabān-e ḥāl) Naṣrollāh Pūrjavādī (voir Abs. Ir. 24, 2001, c.r. n° 206). Il s’agit de cette tradition littéraire remontant à avant même la littérature persane, consistant à prêter à des êtres autres qu’humains des paroles humaines correspondant à leur nature dans ce qu’elle a de commun avec des traits de la nature humaine. L’article rend compte de l’un de ces exemples, publié par N. Pūrjavādī (‘Riyāḍ al-afkār’, dar towṣīf-e ḫazān va bahār, de Yār-⁽Alī Tabrīzī, Tehrān, Markaz-e Našr-e Dānešgāhī, 1382/2003, 153 p.). Le livre, édité sur la base de trois manuscrits, met en scène l’automne et le printemps dans un affrontement verbal, notre tenson médiévale, genre littéraire célèbre depuis avant l’Islam. L’A. de l’article rappelle le titre des plus célèbres de ces tensons persanes, puis retrace la vie de Yār-⁽Alī Tabrīzī, qui vécut à Boursa sous la protection du Sultan ottoman Salim, grand amateur des lettres persanes, et adversaire célèbre des premiers Safavides. Yār-⁽Alī composa ce livre en 926/1520 sur le mode du Golestān de Sa⁽dī, dans un style représentatif de la prose de son siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Naṣrollāh Pūrjavādī et Seyyed ⁽Alī Āl-e Dāvūd, « « Monāẓere-ye ḫazān va bahār ». Našr-e Dāneš, 20, 1 (1381/2003), pp. 59-60. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 381, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2059

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page