Navigation – Plan du site
382
Rašīd Al-Dīn Mohammad Vaṭvāṭ

« Ketāb-e Badāyeʽ al-tarṣīʽāt va ravāyeʽ al-tasjīʽāt (dibāče va baḫš-e fārsī) ». Introduction et édition par Moḥsen Ḏāker al-Ḥoseynī, Maʽāref, XX, 1 (1382/2003), pp. 3-49, facsim.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1Une belle leçon de technique poétique (de rhétorique, ʽilm al-badīʽ) par celui qui se vanta à juste titre d’avoir été le premier à exceller dans deux figures qu’on admira longtemps, Moḥammad b. Moḥammad b. ⁽Abd al-Jalīl al-Balḫī, notre Rašīd Vaṭvāṭ (ob. 473/1177). Ces figures, qui conviennent en prose mais vont surtout en poésie, sont le tarṣīʽ et le tasjīʽ. Le tarṣīʽ est l’emploi de mots en parallèle, ayant même rythme et rimant ensemble. Le tasjīʽ est l’emploi du sajʽ, de la prose rimée. Des choses extraordinaires et merveilleuses, badāyiʽ wa ravāyiʽ, en vérité. Ce petit traité fait partie des écrits abondants du grand secrétaire des princes du Khwârazm, que fut Vaṭvāṭ. Il comporte, dans son introduction en arabe, une définition précise de ce qu’est le tarṣīʽ ; puis deux parties, l’une longue en arabe (Vaṭvāṭ excellait en arabe), l’autre plus courte, en persan, faites d’exemples. Elles sont en fait un recueil d’exemples de ces figures, pour une part glanées par Vaṭvāṭ dans ses œuvres. L’éditeur promet la publication de la partie en arabe et donne ici la partie persane. Au total, huit pièces superbes, trois qaṣīda entièrement en tarṣīʽ, et cinq lettres en prose, toutes aussi en tarṣīʽ, l’une également en tasjīʽ. Vladimir Minorsky connaissait ces pièces, mais pour leur importance comme source documentaire d’histoire. Les lettres étaient en effet adressées à un grand vizir, les qaṣīda étaient à la louange du Khwârazmshâh Atsiz b. Moḥammad (entre 549/1154 et 551/1157). La copie unique, en Turquie (Aḥmad Ṯāleṯ, n° 2324, de 727 h.q.), est en photo (microfilm 69) à l’université de Téhéran, mais en noir et blanc. Or certains mots de l’une des qaṣīda persanes sont en rouge : en reliant ces mots on découvre deux nouveaux poèmes (figure dite movaššaḥ). Les familiers des Ḥadāyeq de Vaṭvāṭ retrouveront jusque dans les Badāyeʽ al-afkār de Vā⁽eẓ Kāšefī, l’admiration qu’ont eue les rhétoriciens pour ces figures de leur prédécesseur. Une présentation de tout ceci est bien faite par l’A. de cette édition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. Rašīd Al-Dīn Mohammad Vaṭvāṭ, « « Ketāb-e Badāyeʽ al-tarṣīʽāt va ravāyeʽ al-tasjīʽāt (dibāče va baḫš-e fārsī) ». Introduction et édition par Moḥsen Ḏāker al-Ḥoseynī, Maʽāref, XX, 1 (1382/2003), pp. 3-49, facsim. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 382, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2069

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page