Navigation – Plan du site
333
‘Alīreḍā Ḏakāvatī Qarāgozlū

Eskandar-nāme (Baḫš-e Ḫatā). Mansūb be Manūčehr Ḫān Ḥakīm. Éd. ‘Alīreḍā Ḏakāvatī Qarāgozlū, Tehrān, Markaz-e pažūhešī-ye mīrāṯ-e maktūb, 1384/2005, 346 p., 5 index, bibl. (Mīrāṯ-e maktūb 134, Zabān va adabīyāt-e fārsī 37)

Compte-rendu réalisé par Marina Gaillard

Texte intégral

1Édition partielle de l’Eskandar-nāme attribué à un certain Manūčehr Ḫān Ḥakīm (à propos duquel on ne possède aucune information). Compilé à l’époque safavide (vers la fin du XIe/XVIIe s.), ce récit en prose, encore appelé Kollīyāt-e haft jeldī-ye Eskandar-nāme (Roman d’Alexandre complet en sept volumes), et ici Eskandar-nāme-ye naqqālī (Roman d’Alexandre des conteurs), est connu à travers des manuscrits tardifs, des éditions lithographiées et des versions typographiques présentant des variantes dans la composition et le style.

2Dans une brève introduction, l’éditeur justifie son choix de publier cette partie du récit en avançant la qualité du manuscrit sur lequel il s’est basé (parmi ceux consultés en Iran). Daté avec précision (dimanche 12 Rabī‘ al-ṯānī 1208/1793) et sans pages manquantes, ce manuscrit, conservé à la Bibliothèque Malek, porte pour titre Haḏā ketāb-e Eskandar-nāme jeld-e ḫaṭā (Voici le livre de l’histoire d’Alexandre, volume de la Chine) et correspond donc à l’une des sept sections que compte le récit. À noter que le mot ḫaṭā (ainsi orthographié à l’origine) est dûment signalé comme ayant été imprimé sous la forme ḫatā. Du fait de la répétitivité caractéristique de ce genre de récits, l’éditeur estime que cette section du texte est représentative de la diversité des événements qui se rencontrent dans la totalité de l’ouvrage. Il relève parfois, sans véritablement les analyser, des éléments qui ne sont pas spécifiques à ce roman d’Alexandre mais à la prose romanesque en général et tient le terme ‘ayyār pour une altération du persan yār (camarade) alors que cette étymologie reste de l’ordre de l’hypothèse. Sont ensuite recensés un certain nombre de fautes d’orthographe, de lapsus calami et de particularités figurant dans le texte original. L’édition est accompagnée de quelques notes et les index répertorient les noms de personnages et de lieux, les expressions et mots particuliers, divers objets (armes, instruments de musique, pierres précieuses, substances aromatiques, etc.) et les métiers cités dans le texte. La bibliographie est succincte. Il n’aurait été pas été inutile de distinguer typographiquement les dialogues de façon à pouvoir appréhender rapidement leur proportion par rapport à l’ensemble de la narration et identifier plus aisément les différents interlocuteurs. On pourrait par ailleurs regretter que cette initiative doive se limiter à cette seule partie de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard. ‘Alīreḍā Ḏakāvatī Qarāgozlū, « Eskandar-nāme (Baḫš-e Ḫatā). Mansūb be Manūčehr Ḫān Ḥakīm. Éd. ‘Alīreḍā Ḏakāvatī Qarāgozlū, Tehrān, Markaz-e pažūhešī-ye mīrāṯ-e maktūb, 1384/2005, 346 p., 5 index, bibl. (Mīrāṯ-e maktūb 134, Zabān va adabīyāt-e fārsī 37) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 333, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/20691

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page