Skip to navigation – Site map

HomeAbstracta IranicaVolume 2811. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...J. Maẓāherī, H.-R. Qānūnī. « Nega...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.1. Littérature persane classique
342

J. Maẓāherī, H.-R. Qānūnī. « Negarešī now be zabān va še‘r-e Jamāl al-Dīn ‘Abd al-Razzāq Eṣfahānī ». Majalle-ye ‘elmī-pažūhešī-ye dāneškade-ye adabiyyāt va ‘olūm-e ensānī-ye dānešgāh-e Eṣfahān, n° 41, tābestān 1384, pp. 229-250. [Un nouveau regard sur la langue et la poésie de Jamāl al-Dīn ‘Abd al-Razzāq Eṣfahānī]

David Durand-Guédy

Full text

1Cet article est consacré au poète Jamāl al-Dīn ‘Abd al-Razzāq Eṣfahānī, maître de la qaṣīde panégyrique et contemporain de Ḫāqānī (deuxième moitié du VIe/XIIe s.). Depuis l’article pionnier de Sa‘īd Nafīsī (Armaġān, 1304/1925-6), force est de constater que l’œuvre de ce poète a fait l’objet de peu de travaux – surtout comparée à celle de son fils, le célèbre Kamāl al-Dīn Ḫallāq al-Ma‘ānī. Maẓāherī, fin connaisseur de la littérature persane classique, et Qānūnī, qui a mené sous sa direction à l’Université d’Eṣfahān une thèse de doctorat sur Jamāl al-Dīn ‘Abd al-Razzāq, nous propose un article fort clair sur cet auteur. La première partie est consacrée à l’écriture poétique de Jamāl al-Dīn : sa place dans l’histoire de la poésie (il est décrit comme un « chaînon reliant Anvarī à Sa‘dī »), la simplicité de sa langue, son goût pour l’ascèse et les sujets édifiants, les figures de styles qu’il affectionne. Ces différents aspects, qui avaient déjà été abordés dans les études de Nafīsī, Vaḥīd et Dāmādī, sont exposés de façon synthétique. La seconde partie de l’article justifie une nouvelle édition du divan de Jamāl al-Dīn ‘Abd al-Razzāq. Une telle entreprise, nous expliquent les AA., est non seulement nécessaire (les éditions de Nīšāpūrī, 1310š. et Vaḥīd Dastgerdī 1320š. font l’objet d’un compte-rendu critique sévère) mais possible. Cette nouvelle édition passe par l’utilisation d’un nouveau corpus de manuscrits, l’incorporation d’un grand nombre de poèmes inédits (comme les nombreux robā‘īs découverts par Riyāhī dans sa nouvelle édition du Nozhat al-Majālis), mais aussi par la correction de certains vers édités de façon erronée. Il reste à souhaiter que l’édition critique de ce divan fasse l’objet d’une publication rapide.

Top of page

References

Electronic reference

David Durand-Guédy, “J. Maẓāherī, H.-R. Qānūnī. « Negarešī now be zabān va še‘r-e Jamāl al-Dīn ‘Abd al-Razzāq Eṣfahānī ». Majalle-ye ‘elmī-pažūhešī-ye dāneškade-ye adabiyyāt va ‘olūm-e ensānī-ye dānešgāh-e Eṣfahān, n° 41, tābestān 1384, pp. 229-250. [Un nouveau regard sur la langue et la poésie de Jamāl al-Dīn ‘Abd al-Razzāq Eṣfahānī]”Abstracta Iranica [Online], Volume 28 | 2007, document 342, Online since 18 September 2007, connection on 28 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/abstractairanica/20921; DOI: https://doi.org/10.4000/abstractairanica.20921

Top of page

Copyright

The text and other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search