Navigation – Plan du site
343
Katāyūn Mazdāpūr

Dāġ-e gol-e sorḫ va čahārdah goftār-e dīgar darbāre-ye osṭūre. Tehrān, Entešārāt-e Asāṭīr, 1383/2004. 333 p., bibliogr.

Compte-rendu réalisé par Poupak Rafii Nejad

Texte intégral

1À travers une série d’articles basés essentiellement sur le Šāh-nāme, les textes et rituels zoroastriens ou même plus anciens, l’A. essaie de distinguer le mythe et sa puissance créatrice des fables et superstitions liées aux croyances populaires. Les articles recomposent un puzzle constitué d’éléments du mythe, du rituel, de la pratique religieuse, de la croyance populaire et de la poésie classique persane. L’A. met en valeur, de façon subtile, la dimension sacrée qui se trouve dans chaque élément et lui donne une force créatrice résistant à l’épreuve du temps et de l’histoire : une portée mythique. Dāġ-e gol-e sorḫ, titre de l’ouvrage et aussi du premier article, fait référence à la marque (dāġ) « divine », imprimée en forme de rose sur la peau de Raḫš, le cheval de Rostam. Cette marque (dāġ-e gol-e sorḫ) est interprétée comme « divine » par l’absence de marquage, signe de propriété humaine. La problématique centrale de tous ces articles, pas très manifeste à la première vue, est la réinvention ou plutôt la reconstitution et la réactualisation du mythe par le récit littéraire et au moyen de la langue à son niveau le plus basique et singulier : le mot et le signe. Le mythe est placé au même niveau que le mot : un signe chargé de sens. De la sémantique à la sémiotique le lien entre le mythe et le récit mythique est établi et renforcé par ces éléments de base : les signes, les marques de la langue, les mots chargés de sens « sacré ». Cet échange entre le mythe et son élaboration littéraire par l’intermédiaire d’une langue, ne peut réussir que s’il se développe sur un sol fécond. La clé de l’énigme est sous nos yeux : dāġ-e gol-e sorḫ, la marque divine présente dans les mots du poète. C’est elle qui transforme Rostam-e dāstān en Rostam-e dastān et qui donne à Keyḫosrow son statut de šāh-e zende (le roi vivant) ou šāh-e no (le nouveau roi).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Poupak Rafii Nejad. Katāyūn Mazdāpūr, « Dāġ-e gol-e sorḫ va čahārdah goftār-e dīgar darbāre-ye osṭūre. Tehrān, Entešārāt-e Asāṭīr, 1383/2004. 333 p., bibliogr. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 343, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/20951

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page