Navigation – Plan du site
345
Šāhroḫ Meskūb

Armaġān-e mūr. Jostārī dar Šāh-nāme. Tehrān, Našr-e Ney, 1384/ 2005, 275 p. [Présent au retour de la montagne. Recherche sur le Šāh-nāme]

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Texte intégral

1Dernier ouvrage de Šāhroḫ Meskūb, décédé en 2005, cet essai sur le Šāh-nāme condense et résume à lui seul l’œuvre d’une vie, et les principales préoccupations qui auront conduit l’A. à interroger sa vie durant la construction de l’identité iranienne à travers la langue persane et sa poésie, notamment la grande épopée nationale de Ferdowsī. La réflexion, très personnelle, s’articule autour de cinq « concepts » qui constituent les cinq parties de l’ouvrage : le temps (zamān), la création (āfarīneš), l’histoire (tārīḫ), l’ordre du monde (jahāndārī), et la parole (soḫan). Autant de notions fondatrices qui, selon l’A., font du Livre des rois le reflet privilégié de la mémoire collective iranienne.

2Interrogeant la « signification profonde » de la grande épopée, l’A. entend mettre à jour le travail souterrain du sens du poème, qui informe la mémoire nationale sans pour autant parvenir à la conscience. C’est là l’orientation privilégiée de cette « recherche », qui recourt à la notion psychanalytique d’inconscient (nādānī-hā, nādāneste-hā), déclinée dès la préface entre inconscient du texte, inconnaissance du poète et inconscient du lecteur : le poète délivre, sans les dominer tout à fait, des vérités sur le monde et sur l’homme qui investissent en retour l’inconscient de générations d’Iraniens qui en sont imprégnées. Cette approche assume un caractère anachronique et interprétatif pleinement revendiqué, et vise à porter à la conscience un certain circuit du sens, fondateur de l’identité iranienne.

3Selon l’A., le Šāh-nāme est le lieu d’une tension entre temps de l’épopée (zamān) et temps de l’histoire (tārīḫ). Le premier figure le destin collectif. Extérieur, transcendant, antérieur même à la création, c’est le temps du cycle des rois légendaires. Le second, plus linéaire, est une fabrique du passé. Si le Šāh-nāme peut être considéré comme un livre d’histoire, ce n’est donc pas seulement comme le récit du passé glorieux des Iraniens ; c’est surtout parce qu’il fonde l’identité iranienne sur un modèle pérenne : celui d’une histoire idéale qui rejoue sans cesse le modèle de la création (āfarīneš), et le combat des forces du bien, incarnées par les pahlavān mythico-héroïques, contre les forces du mal, ahrimaniennes. L’histoire mime l’éternelle réparation de l’injustice originelle pour rétablir l’ordre du monde (jahāndārī). Et se termine mal. Mais elle reste porteuse d’une espérance constitutive de la nation, semblable au mythe du renouvellement décliné à travers l’histoire de Jamšīd et le cycle de nowrūz : temps fondateur, epochal, contre la course vers le néant. Sa source vive, la parole poétique (soḫan), fait figure de remède contre la fuite du temps. Gardienne de la mémoire, elle est porteuse d’une vérité légendaire qui est le chiffre de l’histoire. En définitive, c’est la parole qui est inaugurale. Elle est aussi cette plante magique qu’il faut aller cueillir au sommet de la montagne « sagesse », pour en faire présent à Nūšīrvān : Armaġān-e mūr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Šāhroḫ Meskūb, « Armaġān-e mūr. Jostārī dar Šāh-nāme. Tehrān, Našr-e Ney, 1384/ 2005, 275 p. [Présent au retour de la montagne. Recherche sur le Šāh-nāme] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 345, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/20981

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page