Navigation – Plan du site
354
Towfīq Sobḥānī

Jong-e bayāḍ. Ā’īne-ye mīrāṯ. Faṣl-nāme-ye vīže-ye naqd-e ketāb, ketāb-šenāsī va eṭṭelā‘-resānī dar ḥowze-ye motūn / Mirror of Heritage. Quarterly Journal of Book Review. Dowre-ye jadīd, sāl-e sevvom, ḍamīme-ye šomāre-ye 4, 1384/2005, 90 p.

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert

Texte intégral

1Édition facsimilée (ou presque : manifestement les photographies montrent une version tronquée des pages originales, et leur format – 12x16 cm – ne correspond pas aux dimensions mentionnées) d’un petit manuscrit (39 folios) en possession de l’éditeur T. Sobḥānī, précédée d’une courte introduction (pp. 7-11) par celui-ci. Sobḥānī fait mention d’une feuille dactylographiée insérée contenant quelques observations sur le texte (il ne dit pas dans quelle langue), qui viendrait, selon lui, du célèbre iranologue turc Aḥmed Ateš (mort en 1966), mais il ne nous informe pas où et comment lui-même a obtenu le manuscrit. Il s’agit d’une anthologie poétique, précieuse par son âge – l’éditeur la date du début du VIIe/XIIIe s. – écrite dans une belle et lisible nasḫ, incomplète à la fin, mais pas au début (quoiqu’en dise l’éditeur : les deux premières lignes, finissant par tammat ba ‘awn-e allāh, semblent bien être la fin d’une « œuvre » précédente et pas la fin d’un poème faisant part de l’anthologie). Dans l’anthologie elle-même il n’y a pas de lacunes (prouvé autant par la lecture des poèmes que par les réclames). Elle contient vingt-cinq poèmes de quatorze poètes, qaṣīdes pour la plupart, mais aussi ġazals et qeṭ‘es ; les poèmes ne sont pas arrangés selon quelque critère, il semble bien s’agir ici du recueil d’un lettré pour son usage personnel. Les poètes en question ont vécu entre le début du Ve/XIe s. (Manūčehrī) et la première moitié du VIIe/XIIIe s. (Kamāl al-Dīn Eṣfahānī) ; la majorité d’eux est déjà connue de l’histoire littéraire, quoiqu’on trouve ici certains de leurs poèmes inconnus par ailleurs (p. ex. Moḥammad Dabīr-Sīyāqī ajouta dans la nouvelle édition de 1379/2000 du Dīvān de Manūčehrī une qaṣīde jusque là inconnue de celui-ci et sur laquelle Sobḥānī l’avait renseigné). Cependant il y a aussi deux noms nouveaux : Borhān al-Dīn Samarqandī et Šeyḫ Ḥosām al-Dīn Nabīre. L’éditeur signale l’importance de cette anthologie pour la réalisation d’un texte plus sûr de ces poèmes, puisque les éditions des Dīvāns sont souvent fondées sur des manuscrits bien postérieurs à celui-ci. Toutefois, l’anthologie n’est pas si unique que Sobḥānī le suggère, quelques autres anciennes anthologies ont déjà été publiées, et parfois elles s’avèrent même contenir quelques-uns des mêmes poèmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Towfīq Sobḥānī, « Jong-e bayāḍ. Ā’īne-ye mīrāṯ. Faṣl-nāme-ye vīže-ye naqd-e ketāb, ketāb-šenāsī va eṭṭelā‘-resānī dar ḥowze-ye motūn / Mirror of Heritage. Quarterly Journal of Book Review. Dowre-ye jadīd, sāl-e sevvom, ḍamīme-ye šomāre-ye 4, 1384/2005, 90 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 354, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/21181

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page