Navigation – Plan du site
359
Obéid Zâkâni

Traité de la joie de cœur. Contes, définitions et maximes. Choisis et traduits du persan par Jalal Alavinia en collaboration avec Thérèse Marini, Paris, Lettres persanes, 2005, 177 p. (Coll. « Les joyaux de la littérature classique persane »)

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Jalal Alavinia, Thérèse Marini
Haut de page

Texte intégral

1‘Obeyd en français ? Avec cette traduction d’extraits choisis du Resāle-ye delgošā, Jalal Alavinia et Thérèse Marini délivrent un sauf-conduit au second ouvrage du grand satiriste du XIVe s. à paraître dans l’hexagone. L’entreprise ne s’arrête pas là ; à cette publication fait suite une nouvelle traduction du savoureux Mūš-o gorbe par les deux collaborateurs (Obéid Zâkâni, Le Chat récidiviste : le chat et la souris, conte traduit du persan par Jalal Alavinia, en collaboration avec Thérèse Marini, illustrations de Seifallah Dargouth, Paris, Lettres persanes, 2005, 32, 6, [8] p., collection bilingue). Cependant, même si l’on prend en compte une précédente version française du Chat et la souris par Parviz Abolgassemi (illustrée par Fabien Clairefond, Fuveau, 1991), seuls deux ouvrages d’‘Obeyd Zākānī sont disponibles en français. C’est bien peu pour un auteur de cette envergure.

2Les littéraires regretteront en outre qu’aucune de ces versions, destinées au grand public, n’ait satisfait aux exigences de la traduction érudite : absence d’apparat critique et de notes informatives, introduction dépourvue de sources textuelles comme de mise en perspective problématique. L’édition du texte persan ayant servi de base à la traduction n’est pas citée, et les « contes » traduits dans le Traité de la joie de cœur suivent un ordre indifférent à celui du Resāle-ye delgošā persan. Déprises de leur contexte, les ḥekāyāt apparaissent ainsi plus isolées, et les effets de la satire, plus anecdotiques. Pourquoi ‘Obeyd s’en prenait-il à la figure du Sultan Maḥmūd ? Ou aux pauvres qazvīnī ? La dimension littéraire du hazl, « obscénité joyeuse » selon Mathias Énard, étant évacuée, le parfum de scandale s’en trouve dilué. Grands connaisseurs du genre satirique et licencieux, Riccardo Zipoli et Paul Sprachman ont tous deux insisté sur le jeu érudit à l’œuvre chez les satiristes classiques, qui mobilisent une vaste culture pour subvertir les grandes références de la littérature morale et didactique dans des parodies appréciées des connaisseurs. Or l’intertextualité, aspect essentiel de l’écriture d’‘Obeyd, disparaît sans reste dans la présente traduction du Resāle-ye delgošā. Sans remplacer la traduction savante qui reste encore à faire, ce Traité de la joie de cœur a cependant le mérite de préserver autant que possible les jeux de mots, faute de les expliquer, et d’offrir au public non spécialiste un aperçu apéritif de la plume irrévérencieuse qui définit le pot-de-vin comme le « remède des pauvres », le serment comme « la nourriture des menteurs », et le poète lui-même comme un « voleur de mots ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Obéid Zâkâni, « Traité de la joie de cœur. Contes, définitions et maximes. Choisis et traduits du persan par Jalal Alavinia en collaboration avec Thérèse Marini, Paris, Lettres persanes, 2005, 177 p. (Coll. « Les joyaux de la littérature classique persane ») », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 359, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/21281

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page