Navigation – Plan du site
395
K. Yamamoto

The Oral Background of Persian Epics. Storytelling and Poetry. Leiden-Boston, Brill, 2003, Studies in Middle Eastern Literatures, vol. XXVI, 191 p., bibl., index.

Compte-rendu réalisé par Marina Gaillard

Entrées d’index

Index by keyword :

Shāhnāmeh, Šāh-nāme

noms/names :

Ferdowsī
Haut de page

Texte intégral

1C’est avec un souci de méthodologie très appréciable que l’A. aborde la question difficile de l’influence de l’oralité sur la genèse et l’évolution de la tradition persane épique. Prenant pour point de départ l’Oral-Formulaic Theory (voir les travaux d’A. B. Lord et d’A. Parry et les récentes études d’O. M. Davidson), elle en propose une approche alternative, définissant un Oral Performance Model composé d’un ensemble de critères formels et thématiques. Ce modèle est élaboré à partir de l’étude de la narration pratiquée par les conteurs professionnels (naqqālī) – sur laquelle nos informations sont malheureusement limitées, surtout pour les temps  anciens –, et sur la base de l’analyse de la structure d’un ṭūmār (manuscrit de conteur) d’époque récente, le seul alors intégralement édité. A l’aide de ce modèle, l’A. cherche à préciser le concept de tradition orale et à évaluer le rôle joué par cette tradition dans l’environnement écrit prédominant dans lequel Ferdowsī a composé son Šāh-nāme. Appliqué à une section du Šāh-nāme, cet OPM permet de dégager une articulation en différentes unités structurelles, dont des séquences d’épisodes pouvant éventuellement correspondre à des « séances » délivrées devant un auditoire, ces divisions agissant sur la structure thématique du texte. S’interrogeant sur la persistance de cette influence de l’oralité dans les épopées plus tardives, l’A. applique le même modèle à un passage du Garšāsp-nāme d’Asadī (les épopées « secondaires » étant ici considérées comme un genre à part entière). Les deux analyses révèlent que, bien qu’ayant subi des modifications dues à la forme écrite (plus sensibles dans le Garšāsp-nāme auquel manque notamment le suspens caractéristique de la performance orale), ces textes répondent à l’essentiel des critères définis et témoignent d’une composition dont la forme obéit encore à la tradition de la narration orale et au rythme des ensembles de séquences successivement communiqués à un auditoire, à la manière du feuilleton. L’un des intérêts majeurs de cette étude est de proposer des outils aussi objectifs que possible pour tenter de discerner la trace parfois trouble de l’oralité dans des matériaux écrits, et il y a là matière à inspirer des travaux ultérieurs comme des applications utiles à d’autres genres littéraires où se rencontre également cette simultanéité des traditions orale et écrite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard. K. Yamamoto, « The Oral Background of Persian Epics. Storytelling and Poetry. Leiden-Boston, Brill, 2003, Studies in Middle Eastern Literatures, vol. XXVI, 191 p., bibl., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 395, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2156

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page