Navigation – Plan du site
371
Ḥasan Mīr ‘Ābedīnī

Haštād sāl dāstān-e kūtāh-e īrānī. 3 jeld (jeld-e avval : az 1300 tā 1360 ; jeld-e dovvom : az 1360 tā 1380 ; jeld-e sevvom : az 1350 tā 1380 – dāstān-hā-ye nevīsandegān-e mohājer). Tehrān, Ketāb-e Ḫoršīd, 1384/2005, 590+542+369 p. [80 ans de Nouvelles en Iran / Eighty years Iranian short story]

Compte-rendu réalisé par Poupak Rafii Nejad

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En un coffret de 3 volumes au format de poche et un total de plus de 1500 pages, Mīr-‘Ābedīnī présente une anthologie des nouvelles iraniennes couvrant une période de 80 ans (1300-1380hš/1921-2001). M.-‘Ā. s’explique sur son choix de ne pas inclure Jamālzāde dans cette série et de commencer par Hedāyat par le fait que l’œuvre du premier (bien que pionnier de cette forme littéraire d’histoires courtes) représente plutôt la fin de la littérature de la mašrūṭiyyat alors que le second ouvre une nouvelle voie dans la littérature persane : nouvelle nouvelle persane. Certains auteurs ne figurent pas dans cette série ; à titre d’exemple Esmā‘īl Faṣīḥ est considéré comme romancier plutôt que nouvelliste. L’ouvrage essaie de refléter les différents styles et tendances littéraires émergents à travers des récits qui ont pu marquer également les lecteurs. Chaque nouvelle est précédée d’une biographie sommaire de son auteur et suivie d’une courte analyse ou d’un commentaire.

2Les vol. I et II contiennent une cinquantaine de nouvelles d’auteurs contemporains (une par auteur sauf deux ou trois exceptions) qui ont publié en Iran. Le premier volume (1300-1360hš) réunit les nouvelles d’auteurs plutôt « classiques » de la littérature contemporaine : Ṣ. Hedāyat, B. ‘Alavī, Ṣ. Čūbak, J. Āl Aḥmad, S. Dānešvar, Beh-Āḏīn, Ġ. Sā‘edī, H. Golšīrī, M. Dowlatābādī, A. Maḥmūd, Š. Pārsīpūr, G. Tarraqī, Š. Bahār, Ḥ. Tehrānī, E. Golestān, R. Dānešvar, ‘A. Darvīšīyān, N. Ebrāhīmī, N. Taqvā’ī, A. Faqīrī, B. Ḥeydarī, J. Mīrṣādeqī, B. Ṣādeqī, M. Ṣafā, M. Amīršāhī. Le deuxième volume (1360-1380hš) présente les écrits d’auteurs plus jeunes dont certains ont acquis une notoriété comme A. Čehel-tan ou M. Ravānīpūr, ‘A. Mo’aḏenī … Cette période marque le début d’une ère nouvelle ; il y a une évolution et une diversification dans le style littéraire et les sujets traités par ces auteurs par rapport à leurs « prédécesseurs ». Selon M.-‘Ā. il faudra attendre les années 90hš pour que certains d’entre eux confirment leur talent.

3Le troisième volume est réservé aux nouvelles écrites par les écrivains émigrés (une quinzaine) et couvre une période de 30 ans (1971-2001). Étant donné le volume et la qualité littéraire des publications des Iraniens émigrés (ils publient annuellement plus de 350 nouvelles – cf. A. Seyfī, Negāh-e no, 43, zemestān 1378, p. 26), cette étude ne pouvait pas les négliger. M.-‘Ā. avoue que cette sélection est loin de couvrir ou de refléter la réalité de ce type de production littéraire. Il y a de multiples raisons à cela : entre autres la difficulté d’accéder en Iran à une grande partie de ces travaux, leur dispersion dans différents pays, sans compter le fait que ces auteurs publient aussi en d’autres langues qu’en persan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Poupak Rafii Nejad. Ḥasan Mīr ‘Ābedīnī, « Haštād sāl dāstān-e kūtāh-e īrānī. 3 jeld (jeld-e avval : az 1300 tā 1360 ; jeld-e dovvom : az 1360 tā 1380 ; jeld-e sevvom : az 1350 tā 1380 – dāstān-hā-ye nevīsandegān-e mohājer). Tehrān, Ketāb-e Ḫoršīd, 1384/2005, 590+542+369 p. [80 ans de Nouvelles en Iran / Eighty years Iranian short story] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 371, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/21601

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page