Navigation – Plan du site
374
Rasūl Naẓar-Zāde

Tan-pūšī az āyne, sāḫtmāye-ye namāyeš-hā-ye īrānī dar āṯār-e Bahrām Beyḍayī. 1ère éd., Tehrān, Rošangarān va moṭāle‘āt-e zanān, 1384, 280 p. [Une tenue de miroir, étude de la trace des spectacles iraniens dans l’œuvre de Bahrām Beyḍayī]

Compte-rendu réalisé par Atéfé Tahaï

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce livre, qui par sa méthode et son objet se distingue des autres ouvrages critiques publiés en Iran, essaie de retrouver les traces des spectacles anciens de l’Iran dans l’œuvre théâtrale et cinématographique de Bahrām Beyḍāyī. Dans sa courte préface, l’A. explique que cette idée lui est venue en constatant que Beyḍāyī, plus que tout autre dramaturge contemporain iranien, s’est intéressé au patrimoine théâtral iranien. D’après lui il est impossible de retrouver la forme précise des spectacles traditionnels dans ses œuvres, car il a utilisé ces sources d’une manière créative en vue de réaliser son propre univers. C’est pourquoi l’A. a dû rechercher chaque forme traditionnelle à travers l’ensemble des œuvres de ce dramaturge. Son étude est précédée d’une biobibliographie de Beyḍāyī qui nous fait connaître la diversité de son œuvre et de ses activités : auteur dramatique, chercheur, metteur en scène, cinéaste et scénariste. Les six chapitres de l’étude sont tous conçus selon le même modèle : présentation d’une forme spécifique de spectacle traditionnel puis étude de sa transformation à travers l’œuvre de Beyḍāyī d’un point de vue thématique, structural ou scénique. Cette transformation a toujours servi la vision tragique de Beyḍāyī. Ainsi le point commun des scénarios de « Gazelle » (Āhū), « Leylā fille d’Edrīs » (Leylā doḫtar-e Edrīs), « Les miroirs d’en face » (Āyne-hā-ye rūberū) avec « L’assassinat de ‘Omar » (‘Omarkošān), un divertissement de femmes en usage à l’époque qajar, est la vengeance féminine avec une épée ou une dague. Ces formes traditionnelles sont présentées dans un ordre chronologique : spectacle rituel et carnavalesque à l’époque préislamique, naqqālī, marionnette, spectacles joyeux (namāyeš-e šād), spectacles joyeux féminin (namāyeš-e šād-e zanāne) et ta‘zie. Les sources ont été mentionnées à la fin de chaque chapitre. L’A. a également consacré un chapitre supplémentaire aux termes techniques pour lesquels il nous fournit des explications intéressantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Atéfé Tahaï. Rasūl Naẓar-Zāde, « Tan-pūšī az āyne, sāḫtmāye-ye namāyeš-hā-ye īrānī dar āṯār-e Bahrām Beyḍayī. 1ère éd., Tehrān, Rošangarān va moṭāle‘āt-e zanān, 1384, 280 p. [Une tenue de miroir, étude de la trace des spectacles iraniens dans l’œuvre de Bahrām Beyḍayī] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 374, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/21661

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page