Navigation – Plan du site
399
Banafše Ḥejāzī

Taḏkere-ye andarūnī : šarh-e aḥvāl va šeʽr-e šāʽerān-e zan dar ʽaṣr-e Qājār tā Pahlavī-ye avval. 1382/2003, Tehrān, Qaṣīde-sarā, 335 p. [Récits du gynécée : biographies et poèmes de poétesses de l’époque qajar à Reza Shah]

Compte-rendu réalisé par Poupak Rafii Nejad

Entrées d’index

Index de mots-clés :

femmes, poétesse

Auteurs mentionnés :

Mastūre Ġūrī
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage devait, à l’origine, former le chapitre consacré à la poésie des femmes de l’époque Qajar dans le 5e vol. d’une série de six, sur « l’étude de la situation et de la place de la femme iranienne ». Trois de ces six volumes ont déjà été publiés jusqu’ici (vol. I, la Femme dans l’histoire, sur la place de la femme dans l’Iran ancien ; vol. II, Sous le maqna⁽e [voile], consacré à la place de la femme du 1er s. hejjusqu’à l’époque safavide ; vol. III, Ḍa⁽īfe [le sexe faible], sur la femme à l’époque safavide). Au cours des travaux de préparation de ces volumes, vues l’importance et la quantité de documents réunis sur les poétesses de la période Qajare, Taḏkere-ye andarūnī a trouvé un destin à part et a fait l’objet d’une publication indépendante.

2L’ouvrage est composé de deux chapitres, l’un sur les poétesses iraniennes, l’autre sur les poétesses persanophones, précédés d’une table des matières, d’une préface de l’A., d’une intéressante introduction informative et analytique de Mastūre Ġūrī et de 2 pages explicatives sur la méthode de travail. 3 pages de références bibliographiques clôturent le volume.

3Sont présentées ici les poétesses de l’époque qâjâre jusqu’à l’époque de Reza Shah. Le classement est fait par ordre alphabétique et chaque biographie est suivie d’une brève anthologie. Pour le deuxième chapitre consacré aux poétesses persanophones, le même classement est utilisé à l’intérieur d’une présentation par pays comprenant l’Inde, l’Afghanistan, le Tadjikistan, l’Empire ottoman, l’Ouzbékistan, l’Égypte et le Caucase.

4Ce qui est remarquable, dans ce genre de travail, c’est la volonté de redonner leur place à celles qui sont toujours restées reléguées au second plan, non pas en raison de la qualité artistique de leurs œuvres (au demeurant assez médiocre, dans l’ensemble) mais simplement à cause de leur appartenance au sexe « faible ».

5Le travail de dépouillement des documents reflète un incontestable souci d’exactitude, bien que des lacunes soient à relever dans la présentation : manque d’information sur les critères ayant déterminé le choix des poèmes, parfois absence de données sur l’œuvre complète des poétesses ou sur le lieu où elles vécurent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Poupak Rafii Nejad. Banafše Ḥejāzī, « Taḏkere-ye andarūnī : šarh-e aḥvāl va šeʽr-e šāʽerān-e zan dar ʽaṣr-e Qājār tā Pahlavī-ye avval. 1382/2003, Tehrān, Qaṣīde-sarā, 335 p. [Récits du gynécée : biographies et poèmes de poétesses de l’époque qajar à Reza Shah] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 399, mis en ligne le 15 décembre 2005, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2190

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page