Navigation – Plan du site
387
Natalia L. Tornesello

La letteratura persiana contemporanea tra novazione e tradizione. N° spécial de Oriente Moderno, n°1, 2003, 256 p. [italien, anglais].

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Texte intégral

1Ce numéro spécial de la revue Oriente Moderno consacré à la littérature persane contemporaine frappe par la richesse et par la diversité des contributions qu’il rassemble. Des grands prosateurs iraniens du premier XXe s. aux poètes tadjiks en activité, de la traduction d’œuvres occidentales à l’histoire de la critique littéraire en Iran, et de l’écriture féminine à la volonté de « purification linguistique » qui travailla l’intelligentsia iranienne au cours du siècle passé, un vaste éventail de préoccupations littéraires est représenté dans ce volume. L’éditrice, Natalia L. Tornesello, n’en masque pas l’hétérogénéité. Mais elle définit avec justesse, dans son introduction, la perspective euristique privilégiée dans ces contributions : la « modernité » littéraire ne peut plus être conçue comme une rupture radicale avec la tradition classique ; elle circonscrit plutôt le lieu d’une tension entre les rémanences d’une tradition et l’influence étrangère, née du contact avec l’Occident.

2Entre inspiration occidentale et héritage classique, différents types de relations sont envisagés. Au premier chef dans la prose moderne, qu’on estime souvent, à tort, avoir fait table rase du passé. Revisités par la critique, les romans les plus célèbres découvrent un lien fort avec la littérature classique, et notamment avec la tradition didactique des ḥekāyāt et maqāmāt dont ils partagent le but d’instruire en divertissant, docere et delectare. Ainsi du Būf-e kūr de Ṣādeq Hedāyat, que ses techniques narratives ont érigé en modèle exemplaire de la modernité littéraire iranienne. Corrigeant un ancien jugement exprimé par Bausani, Carlo Saccone dévoile un Hedāyat tout imprégné d’imagerie classique (notamment celle des ġazaliyyāt de Ḥāfeẓ), qu’il prolonge et détourne parfois dans le sens du grotesque. Une confrontation textuelle détaillée avec un mosammaṭ de Manūčehrī permet à Marta Simidchieva de voir dans Būf-e kūr une réécriture allégorique du motif traditionnel du « mythe du vin », entre sacrifice purificateur et renaissance. Selon Rivanne Sandler, le « réalisme » social qui définit la modernité de la prose de Sīmīn Dānešvar est encore un nouvel avatar de la littérature didactique. Sur un échantillon de quatre romans composés avant puis après la Révolution islamique, Roxane Haag-Higuchi fait, elle aussi, apparaître le retour des préoccupations morales et didactiques dans le traitement littéraire des événements historiques et de l’ingérence étrangère. La prose moderne ne serait-elle que la continuation de formes anciennes par d’autres moyens stylistiques ? Selon l’éditrice, un fort sentiment de continuité se dégage du moins de la « littérature démocratique » naissante (pour reprendre l’expression de Jamālzāde), qui n’emprunte à l’Occident qu’une part de ses procédés.

3L’influence de l’Europe peut aussi prendre d’autres visages dans la littérature. La traduction d’ouvrages étrangers en est un exemple. Dans son étude magistrale de la fortune du Pinocchio de Collodi à travers ses diverses versions persanes, dont Ādamak-e čūbī de Ṣādeq Čūbak fournit dès 1949 la forme la plus aboutie, Mario Casari met à nu le double processus de création littéraire et d’adaptation au contexte iranien qui caractérise la traduction de cette œuvre conçue comme littérature pour la jeunesse. Le thème du voyage en Occident fait aussi son apparition dans la littérature viatique de la modernité : l’extrait du journal rédigé par Forūġ Farroḫzād lors de son voyage en Allemagne et en Italie à la fin des années 1950, que présente Angelo Michele Piemontese (voir sa Letteratura italiana in Persia (1650-2000)), retravaille les motifs du safar-nāme sur le mode du voyage hors d’Iran. Au demeurant, si la littérature persane du XXe s. développe une constante, c’est bien celle de la littérature d’émigration. Chargé de réminiscences de Hāfeẓ et de Nāṣer Ḫosrow, le poème narratif d’Esmā‘īl Ḫū’ī, Bāzgašt be Borjow Veretsī, étudié par Michael Beard illustre les spécificités d’une écriture tiraillée entre deux langues et entre deux cultures. Ḥamīd Dabāšī et Golrīz Dahdel revisitent pour leur part le rôle de Nīmā Yūšīj dans la constitution du sujet iranien moderne : au carrefour de la modernité occidentale et des bouleversements internes à l’histoire politique et sociale de l’Iran, la nouvelle poésie s’est vue investie dès sa naissance d’une portée fondatrice.

4Cela dit, l’Étranger, ce n’est pas seulement l’Occident. Le redécoupage politique du monde persanophone au tournant des XIXe et XXe siècles a donné un nouveau visage au ġarībe : un étranger tout proche, autre soi-même réalisant une autre variante historique de la modernité. Deux contributions examinent la « littérature persane des confins » : la poésie tadjik. La naissance d’une zaboni tojiki et d’une littérature nationale, « soviétique de contenu et nationale de forme », dessine selon Jiří Bečka un autre devenir possible de la littérature persane classique, au contact d’une modernité non pas européenne mais soviétique. Gabrielle Van Den Berg dresse pour sa part un panorama de la poésie tadjik au XXe s. et de ses principaux acteurs, en insistant sur le développement d’une conception de la modernité poétique tadjik spécifique, face à quoi la še‘r-e now fait figure, par contraste, de « poésie traditionnelle ».

5Enfin, du contact avec l’Étranger, qu’il soit ou non occidental, sont nées des problématiques et des polémiques théoriques bien précises qui touchent au traitement de la langue et de la littérature moderne. La prise en compte d’une écriture « au féminin » constitue le propos de Farḫonde Āqā’ī, qui classe les femmes romanciers et nouvellistes par générations et s’interroge sur la place de la littérature féminine en Iran depuis la Révolution. Ḥasan Mīr ‘Ābedīnī croque quant à lui une brève histoire de la critique littéraire en Iran ; un phénomène récent, puisqu’il le date de la Révolution constitutionnelle de 1906. La ligne de faille entre traditionalistes et modernistes y apparaît comme une constante, et l’A. reconnaît parmi ces derniers le rôle pionnier des premiers grands auteurs modernes, notamment de Nīmā et de Hedāyat. En dernier lieu, la délicate question de la « purification » linguistique et de la préservation de l’identité nationale abordée par Massimiliano Polimeno met au jour un double rapport à l’Étranger : conçu comme une riposte à « l’imitation expressive de l’Europe », le purisme linguistique développé dans certains cercles intellectuels, et promu par les régimes successifs à travers l’institution d’Académies fondées à statuer sur la langue, imite une formule élaborée par la Turquie kémaliste. Un volume polyphonique, et inspirant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Natalia L. Tornesello, « La letteratura persiana contemporanea tra novazione e tradizione. N° spécial de Oriente Moderno, n°1, 2003, 256 p. [italien, anglais]. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 387, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/21921

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page