Navigation – Plan du site
388
Ḥūrā Yāvarī

Zendegī dar āyene, goftār-hā-yī dar naqd-e adabī. 1ère éd., Tehrān, Nīlūfar, 1384, 278 p. [(L’image de) la vie dans le miroir, essais de critique littéraire]

Compte-rendu réalisé par Atéfé Tahaï

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ḥūrā Yāvarī est bien connue pour son approche psychologique dans la critique littéraire. Son premier livre « Psychanalyse et Littérature, de Bahrām Gūr à la Chouette aveugle » (Ravānkāvī va adabiyāt…, Našr-e tārīḫ-e Īrān,1374), témoigne explicitement de cette tendance. L’ouvrage présent réunit des analyses de textes assez différents, qui sont pour la plupart des textes littéraires contemporains. Dans son premier article, le plus important, elle médite sur l’histoire de l’autobiographie, en Orient et en Occident, et y voit un phénomène moderne occidental. Partant de cette idée elle conclut que Sangī bar gūrī de Jalāl Āl-e Aḥmad (1923-1969) (« Une pierre sur la tombe ») est une autobiographie moderne et sans égale dans la culture iranienne: elle la compare en effet aux autres autobiographies comme « La vie de ‘Āref » ou « Les mémoires de Tāj ol-salṭane », et même à ses propres ouvrages dans ce genre comme Maṯalan šarḥ-e aḥvālāt (« La soi-disant biographie ») et Čāh va do čāle (« Un Puits et deux creux »). Dans Sangī bar gūrī Āl-e Aḥmad, à la manière de Rousseau dans ses « Confessions », prend une attitude directe et impitoyable envers lui-même, et réfléchit sur les conflits intérieurs engendrés en lui par la vie extérieure. D’après l’A. un tel esprit est absent des mémoires des hommes politiques, de plus en plus nombreux depuis la révolution islamique. L’A. découvre cette sincérité chez Š. Meskūb dans ses entretiens : lui aussi comme Āl-e Aḥmad s’interroge sur sa personne avant d’attaquer la politique, la culture et l’histoire de son pays ; il fait de son « moi » et de son passé un miroir qui reflète sa société, souffrante du conflit entre la tradition et la modernité. De là vient le titre de la première partie : « Moi, miroir du monde » ; partant de ce point de vue, l’A. analyse les romans Jazīre-ye sargardānī (« L’Ile de l’errance ») de Sīmīn Dānešvar et Surat ol-ġorāb (« Le Verset de corbeau ») de M. Mas‘ūdī, Samfonī-ye mordegān (« La Symphonie des Morts ») de Ma‘rūfī, aussi bien que le concept du péché et son évolution chez Forūġ Farroḫzād. L’idée de base de la deuxième partie, intitulée « Le monde miroir du moi », réside dans le fait que le destin de l’homme et celui du monde sont étroitement liés. Nous y trouvons l’analyse du roman Ṭūbā va ma‘nā-ye šab (« Tūbā et le sens de la nuit ») de Šahrnūš Pārsīpūr, et d’un poème de Sīmīn Behbahānī. L’article sur le rôle des récits introduits dans l’histoire de Beyhaqī ressemble plutôt à un compte rendu de recherches menées selon “speech act theory”, l’A. y apprécie surtout le livre de Marylin Robinson Waldman Toward a theory of historical narrative.

2Ce recueil d’articles se termine par une traduction d’Edward Said (sans référence explicite, le nom d’E. Saïd est seulement mentionné dans la préface de Mme Yāvarī). Un index composé des noms propres, des thèmes et termes savants complète le livre. Les sources et les références sont indiquées en bas de page. Un ouvrage remarquable qui éclaire de sa lumière la culture et l’histoire iraniennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Atéfé Tahaï. Ḥūrā Yāvarī, « Zendegī dar āyene, goftār-hā-yī dar naqd-e adabī. 1ère éd., Tehrān, Nīlūfar, 1384, 278 p. [(L’image de) la vie dans le miroir, essais de critique littéraire] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 388, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/22011

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page