Navigation – Plan du site
327
Pierre Lory

« Kashifi’s Asrār-i Qāsimī and Timurid Magic ». Iranian Studies, 36/4 (Dec. 2003), [volume spécial : Husayn Va‘iz-i Kashifi, Maria E. Subtelny (Guest Editor)], pp. 531 - 541, 2 fig.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Texte intégral

1La dimension ésotérique de l’œuvre de Ḥoseyn Vā⁽eẓ-e Kāšefī reste peu étudiée, alors qu’elle constitue, comme le remarque d’emblée P. Lory dans cette riche étude, une partie intégrale de sa vision du monde. Cette vision est exprimée dans l’Asrār-e Qāsemī, traité sur les lois secrètes reliant tous les êtres vivants entre eux, mais qu’il est possible de manipuler par des pratiques concrètes. En se posant comme un éditeur compilant les sources et les ouvrages de référence sur les sciences occultes, et non pas comme un praticien de ces sciences, Kāšefī propose au lecteur de son temps un compendium assez systématique (figures graphiques, tables etc.) de la magie, vue comme utilitaire et ainsi dissociée du religieux, où l’astrologie joue un rôle central. Organisé en cinq chapitres – consacrés à la magie « générale » (sīmiyā, ou ⁽elm-e ḫayālāt), à la magie des forces « naturelles » ou conjuration (rīmiyā, ou ⁽elm-e ḫawāṣṣ), à la science des talismans (līmiyā, ou ⁽elm-e ṭelesmāt), à la science d’utilisation des sept planètes (hīmiyā, ou ⁽elm-e tasḫīrāt) et à l’alchimie (kīmiyā) –, l’ouvrage préserve ainsi de nombreuses références aux sources exploitées par Kāšefī dans chacun de ces chapitres, qu’elles soient grecques, indiennes, ou musulmanes.

2Après avoir cité les principaux éléments de la terminologie utilisée par Kāšefī, notamment pour définir la nature du contenu des cinq chapitres, P. Lory s’attache au sens de ces termes qui peuvent apparaître difficiles sinon obscurs. L’A. insiste sur le fait que Kāšefī lui-même accorde beaucoup d’importance à expliquer sa terminologie et à donner ses propres définitions. D’intéressants commentaires permettent à P. Lory de faire quelques observations sur les relations entre les maîtres soufis naqšbandī et les souverains, les premiers ayant recours aux pratiques magiques pour investir les seconds du soutien de leur propre baraka.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Pierre Lory, « « Kashifi’s Asrār-i Qāsimī and Timurid Magic ». Iranian Studies, 36/4 (Dec. 2003), [volume spécial : Husayn Va‘iz-i Kashifi, Maria E. Subtelny (Guest Editor)], pp. 531 - 541, 2 fig. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 327, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2340

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page