Navigation – Plan du site
303
⁽Emādī Ḥā’erī, Seyyed Moḥammad

« Ferqe-ye nāṣeriyye ». Maʽāref, XX, 1 (1382/2003), pp. 58-73.

Compte-rendu réalisé par Charles-Henri de Fouchécour

Texte intégral

1On se souvient [voir Abs. Ir. 20-21, c.r. n° 624] que Moḥammad-Taqī Dāneš-Pažūh édita en 1376/1997 un important exposé en persan sur les religions, écrit en 485/1092, soit 36 ans avant les Milal wa Niḥal de Šahrastānī (écrit en 521/1127), à savoir le Bayān al-adyān de ⁽Alavī-e Faqīh-e Balḫī. Il reprenait ainsi l’édition partielle de Charles Schefer réalisée en 1883, reprise par ⁽Abbās Eqbāl Āštiyānī en 1312/1940. Son édition fournissait un texte sûr, comprenant un chapitre 5 qu’il découvrit, et donnant le nom exact de l’auteur. Sur cette base, S. M. ⁽Emādī Ḥā’erī a pu s’intéresser à un autre homme originaire de la région de Balḫ et contemporain de ⁽Alavī-e Balḫī, le célèbre Nāṣer Ḫosrow. Rappelons quelques dates : Nāṣer Ḫosrow est mort en 481/1088, Ḥasan Ṣabbāḥ s’établit à Alamūt en 483/1090 et ⁽Alavī-e Balḫī acheva son Bayān al-adyān en 485/1092. Le calife fatimide du Caire Mostanṣir billāh mourut en 487/1094 ; son fils aîné Nizār assassiné, Ḥasan Ṣabbāḥ se déclara son successeur. Ainsi naquit la nizāriyya, opposé à la mosta⁽liyya, faite des partisans du deuxième fils de Mostanṣir, al-Musta⁽lī. Nāṣer Ḫosrow n’a pas connu cette scission. Né dans un milieu shi’ite imamite, il se convertit à l’isma‘ilisme fatimide avant son célèbre voyage. A son retour, il dut fuir Balḫ, se réfugier un temps au Ṭabaristān, partir ensuite au Toḫārestān, puis au Badaḫšān au titre et en fonction de dā⁽ī ismâ‘ilite. A partir de ces données, l’A. de l’article entreprend de lire ce que dit ⁽Alavī-e Balḫī aux pages 56 et 72-73 de son Bayān-e adyān. Le shi’isme qui y est nommé la šāfi⁽iyya est en réalité l’ismâ‘ilisme d’avant 487/1094, une branche maudite par Balḫī. Il la voit faite de deux fractions, l’une la nāṣeriyya, issue de la prédication de Nāṣer Ḫosrow, l’autre la ṣabbāḥiyya, issue de la prédication ismâ‘ilite de Ḥasan Ṣabbāḥ. L’A. de l’article s’étend ensuite sur le rayonnement de Nāṣer Ḫosrow, tout spécialement à partir de son Vajh-e dīn, que citait ⁽Alavī-e Balḫī. Un article qui montre l’intérêt qu’il y aura à exploiter le Bayān al-adyān sur la situation des religions vues de Balḫ au 5e/11e s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri de Fouchécour. ⁽Emādī Ḥā’erī, Seyyed Moḥammad, « « Ferqe-ye nāṣeriyye ». Maʽāref, XX, 1 (1382/2003), pp. 58-73. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 303, mis en ligne le 07 décembre 2005, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2413

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page