Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 292. Linguistique2.2. Langues vivantes et dialectesĀḏarnūš. Čāleš-e miyān-e fārsī va...

2. Linguistique
2.2. Langues vivantes et dialectes
26

Āḏarnūš. Čāleš-e miyān-e fārsī va ‘arabī. Sade-hā-ye naḫost. Tehrān, Našr-e Ney, 2006, 324 p., index.

Pollet Samvelian

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Même si nous connaissons l’histoire des premiers siècles de la domination arabe en Iran dans ses grandes lignes, le déroulement précis de certains événements ou processus majeurs reste néanmoins entouré d’un brouillard épais. La façon dont le persan dari a vécu et survécu, de même que l’intercompréhension entre les Arabes et les habitants persanophones font partie de ces mystères. C’est par ce constat que l’A. commence son livre. En effet, les récits des conquêtes restent généralement silencieux sur la langue des négociations et des accords conclus entre vainqueurs et vaincus. Que sait-on des habitants ‘bilingues’, qui ont dû jouer un rôle crucial dans l’intercompréhension entre les deux communautés, et, question plus importante encore, qu’en est-il des deux langues qu’ils maîtrisaient ? Si pour les Arabes, on peut postuler, sans prendre trop de risques, l’existence d’une langue ‘commune’, l’arabe, rendant possible l’intercompréhension entre les membres de la communauté en dépit de leur appartenance aux différentes tribus de variations dialectales, la situation de la communauté ‘persanophone’ est en revanche nettement moins claire. Quelle était la situation linguistique sous la domination arabe et quel fut le cheminement du persan pour accéder progressivement au statut de la langue officielle ? Quelles conclusions peut-on tirer de cette aventure ? En quoi nous permet-elle de mieux appréhender les liens entre le persan et la construction de l’identité iranienne ? Voici quelques-unes des questions auxquelles l’A. tente d’apporter une réponse en s’appuyant sur de nombreux essais et récits historiques. Livre érudit et extrêmement bien documenté, cet ouvrage passionnant reste néanmoins accessible à tous ceux qui s’intéressent à ‘l’aventure du persan’. Ce livre fera l’objet d’un compte-rendu plus détaillé dans un des prochains numéros de Studia Iranica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pollet Samvelian, « Āḏarnūš. Čāleš-e miyān-e fārsī va ‘arabī. Sade-hā-ye naḫost. Tehrān, Našr-e Ney, 2006, 324 p., index. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 26, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/24432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.24432

Haut de page

Auteur

Pollet Samvelian

Sorbonne Nouvelle-Paris III - Mondes iranien et indien – Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search