Navigation – Plan du site
29
Gilbert Lazard

Grammaire du persan contemporain. Avec la collaboration de Yann Richard, Rokhsareh Hechmati et Pollet Samvelian. Nouvelle édition, Téhéran, Institut Français de Recherche en Iran, 2006, xv-303 p. (Bibliothèque iranienne ; 61)

Compte-rendu réalisé par Vincent Hachard

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Parue pour la première fois en 1957 (Paris, Klincksieck), la Grammaire de G.L. s’était imposée – grâce à un panorama tout à fait complet des faits, à des analyses d’une grande finesse et à une richesse remarquable des exemples –, comme un instrument indispensable dans l’étude du persan, au point même qu’une version anglaise, légèrement remaniée, avait vu le jour en 1992 (Costa Mesa, Calif., Mazda publishers). Malheureusement, la première était devenue pratiquement impossible à trouver, et la seconde signalée comme « out of print » par l’éditeur. C’est pourquoi on ne peut que saluer l’initiative de l’IFRI de proposer au public iranisant une nouvelle édition de cette grammaire aussi fouillée dans son contenu qu’abordable dans sa forme. Cette nouvelle édition française intègre à la fois les corrections et révisions de l’édition anglaise, que les discrets ajouts des trois nouveaux collaborateurs ; dans quelques cas, ces modifications correspondent à des évolutions de doctrine (abandon des diphtongues ê et ô, distinction, à la suite de Hincha, entre ézâfé I et ézâfé II, terminologie : « pré-déterminant », « thème », structure du système de valeurs des formes verbales) que l’on trouve dans la contribution de l’A. au Compendium linguarum Iranicarum (Wiesbaden, Reichert, 1989). Parmi les changements repris de l’éd. anglaise, notons, en dehors de quelques changements mineurs : interprétation diphonématique des séquences [ey] et [ow] (§ 2), description de l’occlusive glottale (§ 3), distribution des phonèmes w et v (§ 14), remaniement de la partie sur l’accentuation (§§ 25-31), description de l’ézâfé (§ 45, § 46, rem. 2), compléments sur la suffixation (marque arabe de féminin, § 239.13), adjectif en –u, § 239.14) ou la préfixation (§§ 244-244bis), ainsi que l’adoption du système de transcription courant (č, š, ž). Comme points introduits spécifiquement dans la nouvelle édition, et en dehors de certaines reformulations, réorganisations du texte (par. ex. § 54), modifications d’exemples (par. ex. §§ 50, 140, 235) ou encore évolutions terminologiques (« phonologie », « phonèmes », « classes de mots », « pré-déterminants », « recatégorisation »), on relèvera : la différence de valeur entre pluriel persan et pluriel arabe (§§ 43, rem. 3), la distinction entre ézâfé I et ézâfé II (§ 46bis), l’usage de yek avec un pluriel (§ 47, rem.), différentes indications sur l’usage des pronoms personnels enclitiques (§ 92, § 93.5) ou indépendants (§ 94 fin), des développements relativement substantiels sur les valeurs du parfait (§ 142) et les formes de médiatif (§§ 144, 148), une nouvelle présentation synthétique du système des formes verbales (§ 153), la thématisation (§ 172), l’analyse du marquage de l’objet avec les locutions verbales (§ 174, rem.), des observations sur les relatives (§ 208.1, § 209, fin), des compléments sur la suffixation (§§ 238.1, 6, 14 ; 240 fin).

2On se félicitera de voir comblé un manque très gênant dans la première éd. française et dans l’éd. anglaise avec l’adjonction d’un index des notions et des mots persans (pp. 293-303). En revanche, on trouvera toujours regrettable que la seule référence des citations soit l’indication de leur auteur ; le nom de l’œuvre dont elles ont été tirées aurait été un plus. La mise en page du volume est extrêmement claire et agréable (utilisation d’encadrés pour les remarques – certains sont erronés, par. au § 186 ou 238, sans doute en raison d’une mise en page de l’édition originale parfois ambigüe), la typographie en est soignée (les erreurs sont minimales : § 48, remplacer le renvoi au § 46.3 par § 46.2 ; § 130, corriger midim en midam pour la forme de sg. 1 ; la mise en italiques manque en partie pour les transcriptions dans les §§ 128 et 155).

3Tout iranisant, qu’il soit confirmé ou débutant, se doit d’utiliser cet ouvrage qui prouve en outre qu’il existe encore de la science hors de l’anglais.

4Pas de bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Hachard. Gilbert Lazard, « Grammaire du persan contemporain. Avec la collaboration de Yann Richard, Rokhsareh Hechmati et Pollet Samvelian. Nouvelle édition, Téhéran, Institut Français de Recherche en Iran, 2006, xv-303 p. (Bibliothèque iranienne ; 61) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 29, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/24482

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page