Navigation – Plan du site
32
Scheucher, Bernhard

« Teilergativität in den modernen westiranischen Sprachen », in : hrsg. von Heiner Eichner, Bert G. Fragner, Velizar Sadovski und Rüdiger Schmitt, Iranistik in Europa : gestern, heute, morgen. Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2006, pp. 169-193.

Compte-rendu réalisé par Vincent Hachard

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Adoptant le cadre dixonien (Ergativity, 1994) d’analyse des structures d’actance (basées sur les notions de « sujet » intransitif et transitif et d’« objet », symbolisés respectivement par S, A et O), l’A. se propose de présenter un panorama des structures actancielles des langues irano-aryennes occidentales modernes, qui n’attestent, comme on le sait, de la non-accusativité que dans le cadre d’une fracture d’actance (split) conditionnée soit par le TAM, soit par la nature des constituants nominaux. Après un petit survol historique par le vieux perse (à propos duquel il rappelle l’objection de Skjærvø, fondée sur l’existence de tours sans actant X, à l’analyse « possessive » proposée par Benveniste), le parthe et le moyen perse, il examine comment se manifeste l’ergativité (plus exactement, la Teilergativität « split ergativity » ou « ergativité scindée ») dans les langues iraniennes occidentales modernes, non pas en les passant en revue une à une, mais, de manière synthétique, en étudiant les domaines dans lesquels elle se manifeste : marquage de l’Agent (cas oblique/« suffixe agentif »), locutions verbales (« Verbalkomposita »), accord verbal. Il dégage de cette étude sur 9 langues ou groupes de dialectes (synthétisée dans un tableau p. 188) deux modèles principaux : expression de l’Agent par un nom au cas oblique ou bien par un grammème personnel actanciel (GPA) (sous sa variante communément désignée « enclitique personnel » ou même sous forme de « désinence personnelle »), parfois attestés simultanément. L’approche est intéressante et a le mérite de faire ressortir le rôle central des GPA, en diachronie et en synchronie, dans les structures actancielles des langues iraniennes (pas seulement occidentales), ainsi que de ne pas négliger le problème des locutions verbales. On pourra cependant lui faire au moins deux reproches : la démonstration est en partie fondée sur les descriptions fournies par le Compendium linguarum Iranicarum (1989), forcément sommaires, ce qui la fragilise ; le sorani est décrit comme ergatif au passé, alors qu’il ne l’est plus que marginalement et qu’en tout état de cause les exemples donnés ne démontrent pas l’ergativité (les exemples avec deux constituants nominaux X et Y de 3e personne singulier – types d’énoncé pivot dans l’évolution des structures d’actance – sont interprétables tout à fait légitimement comme accusatifs, comme Bynon, citée dans la bibliographie, en a fait la démonstration en son temps).

2Bibliogr. pp. 190-193 (généralement assez bien informée et multilingue, mais à laquelle il manque curieusement les travaux de Lazard).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Hachard. Scheucher, Bernhard, « « Teilergativität in den modernen westiranischen Sprachen », in : hrsg. von Heiner Eichner, Bert G. Fragner, Velizar Sadovski und Rüdiger Schmitt, Iranistik in Europa : gestern, heute, morgen. Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2006, pp. 169-193. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 32, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/24552

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page