Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 293. Histoire, Art et Archéologie, ...3.0. GénéralitésJ. A. Lerner, L. Russel-Smith. Jo...

3. Histoire, Art et Archéologie, Période pré-Islamique
3.0. Généralités
42

J. A. Lerner, L. Russel-Smith. Journal of Inner Asian Art and Archaeology. 1, 2006, Turnhout, Brepols, 169 p.

Frantz Grenet

Texte intégral

1Premier numéro d’une revue annuelle issue du Circle of Inner Asian Art (SOAS, Londres) et destinée implicitement à remplacer Silk Road Art and Archaeology publié au Japon entre 1993 et 2004. La seconde partie de ce volume inaugural constitue un ensemble en hommage à A.D.H. Bivar. Je signale les articles qui concernent directement les études sur l’Iran et l’Asie centrale préislamiques et apportent des matériaux nouveaux :

2– D. W. Mac Dowall, « The sequence of Menander’s copper coinages » ;

3– A. A. Chaverdi, P. Callieri, « A rural settlement of the Achaemenid Period in Fars » ;

4– Ch. Fabrègues, « Taxila earrings of Achaemenid derivation » ;

5– M. L. Carter, « Notes on Kuṣāṇa chronology and the Bactrian era » (reconstruction plausible de la partition de l’empire kouchan après l’invasion sassanide ; l’A. accepte pour l’ère kouchane la date de 127/128 proposée par H. Falk, et pour la « seconde ère kouchane » une ère kouchane + 100 instituée au Gandhāra et au Pendjab par Kanishka II, émule conscient de son ancêtre Kanishka I ; cf. dans le même sens H. Falk, « The Kaniṣka era in Gupta records », Silk Road Art and Archaeology, 10, 2004, pp. 167-176 ; mais la proposition de M. Carter de dater de 233 l’« ère bactrienne » concurrente est maintenant réfutée par F. de Blois, « Du nouveau sur la chronologie bactrienne pré-hellénistique : l’ère de 223/224 ap. J.-C. », CRAI 2006 [2007] – il s’agit en fait de l’ère d’Ardašīr) ;

6– B. A. Litvinskij, « Bronzes appliqués of Erotes from the temple of the Oxus. The question of their dating in the light of connections between Rome and Central Asia » (il s’agit d’imitations de modèles romains des IIIe-IVe s. de n.è., donc en rapport avec l’une des dernières périodes de fonctionnement du temple) ;

7– M. Ghose, « Nana: the ‘original’ goddess on the lion » (recensement exhaustif des images indiennes susceptibles d’être identifiées comme Nana au lion ; cette déesse mésopotamienne adoptée en Asie centrale serait, en Inde, restée confinée au culte royal kouchan, et son absorption par l’indienne Durgā se serait produite à Mathurā dès la fin du IIe s. de n.è.) ;

8– J. A. Lerner, P. O. Skjaervo, « The seal of a eunuch in the Sasanian court » (empreinte du sceau de « Bōxtšābuhr [...] arzbed », datable du IIIe s. ; le terme arzbed, déjà découvert par A. Tafazzoli dans un texte syriaque, signifie « maître des femmes », sur av. hāirišī-« femelle » ; discussion sur les personnages imberbes de l’iconographie sassanide, qui selon J. Lerner seraient tous des eunuques – mais certains, dont Kerdīr, étaient des mages, et cela irait à l’encontre des injonctions zoroastriennes sur l’intégrité physique et le devoir de procréer) ;

9– P. O. Skjaervo, « A new block from the Paikuli inscription » (un bloc inscrit de Paikuli, auparavant inconnu et apparu sur le marché des antiquités ; il complète le texte connu en ce qui concerne les circonstances de la reddition du jeune roi Wahrām et de son protecteur Wahnām, et mentionne un lieu ’wt..štr’n, non identifié) ;

10– A. Rahman, F. Grenet, N. Sims-Williams, « A Hunnish Kushan-shah » (une empreinte de sceau provenant du Bunēr au Pakistan septentrional donne le portrait d’un souverain kidarite de Samarkand, c. 450-470, avec une légende bactrienne développée où il porte les titres de « roi des Huns, grand roi des Kouchans, afšīn de Samarkand ») ;

11– M. Alram, C. Lo Muzio, « A new coin type of the Khalaj? » (deux monnaies de bronze dont l’avers imite le dernier type de Pērōz portent une légende bactrienne *xalasgano ou *xalassano, adj. dérivé de xalaso « Khalaj » ; le revers figure Śiva ; la date et le lieu d’émission restent incertains – au VIe s. au Tokharistan, alors que les Khalaj faisaient encore partie de l’empire hephtalite, ou au VIIe s. après leur migration au sud de l’Hindukush ?) ;

12– G. Azarpay, V. A. Livshits, « The MP archive at Berkeley: a pre-Islamic forerunner of ‘Samarkand’ paper? » (les documents d’archives pehlevis conservés à l’Université de Berkeley, qui portent des dates dans l’ère de Yazdgird III et ont livré des dates C 14 comprises entre 651 et 776, sont écrits sur un tissu de lin imprégné de gypse) ;

13– M. Schwartz, « From Healer to Hylē: Levantine iconography as Manichean mythology » ;

14– Z. Gulácsi, U. Sims-Williams, « An illustrated parchment folio from a Middle Persian Manichaean codex in the collection of the British Library, Or. 12452D/3 (Kao. 0111) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet, « J. A. Lerner, L. Russel-Smith. Journal of Inner Asian Art and Archaeology. 1, 2006, Turnhout, Brepols, 169 p. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 42, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/25032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.25032

Haut de page

Auteur

Frantz Grenet

CNRS – EPHE – Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search