Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 293. Histoire, Art et Archéologie, ...3.0. GénéralitésA. Von den Driesch, P. Raulwing. ...

3. Histoire, Art et Archéologie, Période pré-Islamique
3.0. Généralités
44

A. Von den Driesch, P. Raulwing. « Pferd. (Esel, Halbesel, Maulesel, Maultier). D. Archäozoologisch ». Reallexikon der Assyriologie und Vorderasiatischen Archäologie, 10, 2003-2005, pp. 493-503.

Astrid Nunn

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Sur l’apparition et la domestication du cheval, les opinions divergent fortement. Les AA. en tiennent compte, tout en défendant évidemment la leur. L’article, écrit pour un public non spécialisé, débute par la taxonomie et la nomenclature, problématiques, des équidés. Les AA. définissent le plus précisément possible l’expansion du cheval sauvage (en Europe du sud-ouest, de l‘Anatolie à l’Asie centrale). Le Proche Orient ne semble pas connaître le cheval domestiqué avant 2500 av. J.-C. D’une part le cheval n’est pas adapté au climat chaud du Proche Orient, d’autre part l’animal de transport est l’âne.

2L’âne sauvage (equus africanus) habitait à l’origine l’Afrique et la péninsule Arabique. En Mésopotamie et en Palestine aucun ossement d‘âne sauvage n’a été trouvé dans un contexte postérieur au VIe millénaire. Ce n’est donc pas dans cette région qu’il a été domestiqué. L’âne domestiqué (asinus), lui, est documenté dès la fin du IVe millénaire, à Uruk par exemple. Enfin les hémiones (onagres), mi-âne, mi-cheval, vivaient dans tout le Proche-Orient et sont par exemple représentés sur les reliefs d’Assurbanipal. Leur naturel sauvage interdit d’en faire des bêtes de somme, de selle ou de trait ; on ne peut en aucun cas les harnacher. Contre l’avis de certains, les équidés représentés sur l’« étendard d’Ur » ne peuvent pas être des onagres mais des ânes. Les A, archéozoologues eux-mêmes, sont en meilleure position qu’un philologue ou un archéologue pour juger de cette question. En effet, aucun terme sumérien ou acadien, ni aucune représentation antique ne peut prouver que les onagres remplaçaient les ânes. La découverte de nombreux ossements d’ânes prouve que cet animal jouait un grand rôle comme moyen de transport. À l’inverse de l’Égypte, il n’était pas monté en Orient. Les ossements de chevaux sont rares, parce que cet animal ne servait pas dans la vie quotidienne. Il ne sera monté qu’à partir du Ier millénaire à des fins essentiellement militaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn, « A. Von den Driesch, P. Raulwing. « Pferd. (Esel, Halbesel, Maulesel, Maultier). D. Archäozoologisch ». Reallexikon der Assyriologie und Vorderasiatischen Archäologie, 10, 2003-2005, pp. 493-503. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 44, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/25182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.25182

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search