Navigation – Plan du site
57
A. I. Najmark

« Naxodki grečeskix monet v Sogdiane ». Numizmatika i èpigrafika (Moskva), 17, 2005, pp. 116-138. (En russe, résumé en anglais) [Trouvailles de monnaies grecques en Sogdiane]

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1Deux points de vue s’opposent sur la question de la présence grecque en Sogdiane. Pour la plupart des numismates et des historiens (p. ex. P. Bernard, O. Bopearachchi) la Sogdiane a été solidement tenue par les successeurs d’Alexandre, Séleucides puis Gréco-bactriens, jusqu’à la fin du IIIe s. av. n.è. et peut-être même au-delà. Pour E.V. Zejmal, suivi par F. Holt, elle a été perdue peu après la mort d’Alexandre.

2Cet article adopte la méthode critique de Zejmal, qui passe soigneusement au crible les provenances alléguées (seule une petite minorité de ces monnaies a été trouvée dans des fouilles régulières), en particulier pour les collections constituées à l’époque tsariste qui, contrairement à une opinion répandue, n’étaient pas forcément représentatives de la circulation antique dans leurs lieux d’achat (excellente mise en point, très documentée, sur les débuts du commerce des monnaies antiques dans le gouvernorat du Turkestan). Mais l’inventaire retenu pour les vallées du Zarafshân et du Kashka-darya – 19 monnaies plus 3 trésors – étaye en fait l’autre thèse : les monnaies de bronze, qui voyageaient moins que celles d’argent, indiquent localement une présence politique grecque continue jusque vers la fin du IIIe s. (En ce qui concerne Samarkand, correspondant alors au site archéologique d’Afrasiab, ces conclusions reposant sur les 4 monnaies connues de l’A. sont maintenant pleinement confirmées par 19 autres récemment récupérées auprès de prospecteurs illégaux, qui attestent toute la série des règnes d’Alexandre à Diodote I ou II – article de A. Atakhodjaev à paraître dans la RN).

3Pour le IIe s. l’A. écarte la possibilité d’une reprise de contrôle des Gréco-bactriens sur Samarkand. Il est vrai que pour cette période le site d’Afrasiab n’a livré qu’une unique obole d’Eucratide (c. 171-145). Cependant les monnaies de ce roi sont présentes en grande quantité dans le trésor de Kitab, à 60 km au sud, et la céramique d’Afrasiab suggère aussi à ce moment une nouvelle vague de colonisation grecque, peut-être de courte durée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet. A. I. Najmark, « « Naxodki grečeskix monet v Sogdiane ». Numizmatika i èpigrafika (Moskva), 17, 2005, pp. 116-138. (En russe, résumé en anglais) [Trouvailles de monnaies grecques en Sogdiane] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 57, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/25522

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page