Navigation – Plan du site
87
Christopher Roosevelt

« Symbolic Door Stelae and Graveside Monuments in Western Anatolia ». AJA, 110/1, 2006, pp. 65-91.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Texte intégral

1Cet article présente un groupe de 19 monuments funéraires particuliers à l’Anatolie de l’Ouest du VIe au IVe s. av. J.-C. Ces monuments ont tous la forme d’une porte, sans en être une. Ils indiquaient plutôt l’existence d’une tombe, qu’elle soit un tumulus ou creusée dans le roc. Les passants pouvaient ainsi faire une offrande aux défunts. Ces portes ne se distinguent que par leurs styles qui oscillent entre les influences plus ou moins marquées des arts phrygien, grec et perse achéménide. Le groupe A qui remonte au VIe s. montre une porte embellie de structures architecturales. Le groupe B, plus récent, incorpore des éléments de stèles à frises de fleurs et de palmettes (anthemion). Deux monuments portent une inscription qui nomme le défunt propriétaire de la tombe. 17 des 19 monuments proviennent de Lydie – 7 d’entre eux de Sardes – ce qui indique que ce type en est originaire, le mélange de styles étant de plus caractéristique de cette région. La porte est évidemment une partie architecturale très symbolique. Elle s’ouvre sur la vie après la mort et permet aux vivants d’être en contact avec les membres de leur famille décédés et avec leurs ancêtres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Christopher Roosevelt, « « Symbolic Door Stelae and Graveside Monuments in Western Anatolia ». AJA, 110/1, 2006, pp. 65-91. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 87, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/26252

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page