Navigation – Plan du site
201
Colin Paul Mitchell

« To Preserve and Protect: Husayn Va‘iz-i Kashifi and Perso-Islamic Chancellery Culture ». Iranian Studies, vol. 36, n° 4, (December 2003), pp. 485-507.

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans le prolongement des problématiques de sa thèse (The Sword and the Pen: Diplomacy in Early Safavid Iran, 1501-1555, Ph.D. dissertation, University of Toronto, 2002), ce solide article est l’occasion pour l’A. d’approfondir son analyse du statut des élites lettrées dans l’Iran de la fin du Moyen Age, à travers l’étude du manuel d’épistolographie de Ḥusayn Vā⁽iẓ-i Kāšifī, le Maḫzan al-inšā (Trésor de l’inšā). Ce traité, peu étudié jusqu’ici mais très prisé en son temps, et encore utilisé aux 16e-17e siècles par les secrétaires de chancellerie d’Istanbul à Delhi, a contribué à propager pour longtemps les modèles administratifs et les idéaux politiques timourides hors d’Iran. Selon l’A., l’originalité de ce texte réside notamment dans la légitimation de l’héritage intellectuel iranien, incarné par les élites lettrées (désignées ici du nom de « scholar-bureaucrats »), que Kāšifī joue contre la domination des valeurs tribales de la politique turco-mongole et la tradition égalitaire de l’Islam juridique, qui menacent l’hégémonie de la classe administrative iranienne. Successeur du rationalisme d’un Naṣīr al-Dīn Ṭūsī, Kāšifī justifie le privilège accordé dans l’échelle sociale aux hommes de plume (ahl al-qalam) sur les hommes d’épée (ahl al-sayf), à l’élite lettrée sur l’élite militaire et même religieuse, par la suprématie de l’exercice de la raison. L’A. voit dans le Maḫzan al-inšā la tentative consciente de l’un des principaux lettrés-bureaucrates iraniens de la cour de Herat non seulement de préserver et de promouvoir l’héritage culturel persan classique à travers l’art de la composition épistolaire stylisée (inšā), mais aussi de défendre le rôle de la classe administrative iranienne à une époque de grandes rivalités ethniques. Cet article de fond, très nourri et bien structuré, reproduit en outre des fac-similés du manuscrit conservé à la Bibliothèque Nationale de France. Suivant un plan bipartite, l’A. aborde dans un premier temps la dialectique de préservation et de diffusion qui gît au cœur de la pratique de l’inšā, véritable « véhicule hybride d’expression créative » dont la haute rhétorique oscille entre imitation de modèles anciens et innovation dans l’organisation d’un formulaire adapté au statut du destinataire. L’A. peut alors réévaluer l’apport spécifique de Kāšifī et de l’époque timouride au sein de cette tradition, et apprécier la fortune de son manuel à l’étranger. Dans un second temps, tirant parti des indications contenues dans le manuel, l’A. s’attache à explorer en historien le schéma de la société timouride, et conclut sur le contre-pouvoir bureaucratique que constitue l’inšā pour les « hommes de plume » face à la domination politique turco-mongole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Colin Paul Mitchell, « « To Preserve and Protect: Husayn Va‘iz-i Kashifi and Perso-Islamic Chancellery Culture ». Iranian Studies, vol. 36, n° 4, (December 2003), pp. 485-507. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 201, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2676

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page