Navigation – Plan du site
215
Ramaḍān Rūḥollahī

Zubda al-tawārīḫ. Aḫbār-e omarā’ va pādešāhān-e saljūqī. Traduction persane de Ramaḍān Rūḥollahī, Tehrān, Entešārāt-e īl-e Šāhsavan-e Baġdādī, 1380/2001-2, 252 p., index.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Texte intégral

1Il s’agit d’une traduction en persan du Zubda al-tawārīḫ, chronique en arabe de la dynastie saljuque depuis les origines jusqu’à la mort du dernier sultan Toġril b. Arslān, en 590/1194. Depuis l’étude pionnière que lui consacra Süssheim en 1911, cette source a fait l’objet d’un grand nombre d’études, notamment pour tenter d’élucider l’histoire de sa composition. Il est désormais établi que son auteur était un Nīšāpūrī du nom de Ṣadr al-Dīn ʽAlī b. Naṣīr al-Ḥusaynī, qu’il l’écrivit après 622/1225, qu’il se basa sur des sources livresques pour les périodes anciennes (Malik-nāme, Mašārib al-tajārib, Nuṣra al-fatra) et sur des témoignages de première main pour le règne des deux derniers sultans. Le texte qui nous est parvenu sous le nom de Aḫbār al-dawla al-saljūqiyya est une version résumée, sans doute réalisée au milieu 7e/13e s. en Azarbayjan. Par rapport aux autres sources à notre disposition sur la période, cette chronique est surtout précieuse pour ses informations uniques concernant la situation de l’Azarbayjan et du Khurasan.

2Le manuscrit unicum de la British Library avait été édité par Muhammad Iqbal en 1933. Récemment, Muḥammad Nūr al-Dīn en a fait paraître une nouvelle édition (Beyrouth, Dar al-Qarā, 1986) qui vaut essentiellement par l’importance de son appareil critique. Le texte a déjà été traduit en turc (1943), en russe (1980) et en anglais (1985, PhD inédit à l’Université d’Edinburgh). Le présent ouvrage est une traduction en persan de l’édition de Nūr al-Dīn, explications historiques et références aux autres sources comprises. Rūḥollāhī a ajouté la traduction des introductions de Nūr al-Dīn, Būnyātūf et Iqbāl. Il est regrettable que la pagination de l’édition de référence n’ait pas été indiquée dans le corps de la traduction, comme c’est l’usage. Par ailleurs, le choix de traduire l’appareil critique se justifiait, mais il est malheureux que la biographie n’ait pas été actualisée, notamment pour les travaux en persan (c’est un comble de voir le Tārīḫ-e Bayhaqī et le Rāḥat al-ṣudur de Rāwandī citées à partir de leur traduction en arabe).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Ramaḍān Rūḥollahī, « Zubda al-tawārīḫ. Aḫbār-e omarā’ va pādešāhān-e saljūqī. Traduction persane de Ramaḍān Rūḥollahī, Tehrān, Entešārāt-e īl-e Šāhsavan-e Baġdādī, 1380/2001-2, 252 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 215, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2724

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page