Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 264. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.1. Safavides et Qâjârs« Muhammad Baqir Majlisi, Family ...

232
Shireen Mahdavi

« Muhammad Baqir Majlisi, Family Values, and the Safavids », in : Michel Mazzaoui, éd., Safavid Iran and Her Neighbors. University of Utah Press, Salt Lake City, 2003, pp. 81-99.

Compte-rendu réalisé par Jean Calmard

Texte intégral

1Mme Mahdavi semble avoir focalisé ses recherches sur la situation des femmes dans le contexte du shiisme imamite doctrinal en Iran (voir sa note 36). Dans la première partie de cet article, elle retrace la position sociale des femmes lorsque l’Iran, sous domination mongole, timouride et turkmène, était en majorité sunnite. Des femmes proches du pouvoir jouaient alors des rôles importants dans la politique. Cette situation prévalait encore au début de l’époque safavide. Des femmes participaient notamment à la guerre et aux intrigues courtisanes. Mme Mahdavi utilise entre autres les articles de Maria Szuppe (St. Ir. 23, 1994, et 24, 1995) et fournit des reproductions de miniatures montrant des femmes non voilées, certaines même à cheval.

2Lorsque les Safavides perdirent leur « zèle révolutionnaire » et devinrent plus « orthodoxes », des mesures de plus en plus répressives entravèrent la liberté des femmes. Cette montée de l’« orthodoxie », parallèle à celle de l’influence des ⁽olamā shiites, culmine avec le puissant mojtahed Moḥammad Bāqer Majlesī (m. 1111/1699), auteur notamment du Beḥār al-anvār, monumentale encyclopédie du ḥadīṯ. Selon l’A., c’est Majlesī qui, par ses injonctions, scella le sort des femmes iraniennes, de plus en plus voilées et recluses, et même considérées comme des êtres inférieurs. L’A. fournit une brève analyse du traité moralisateur de Majlesī intitulé Ḥilyat al-Muttaqīn (« L’Ornement des Dévots ») et présente plus en détail le chapitre quatre concernant les affaires familiales, y compris divers conseils, injonctions et interdits sur les relations sexuelles, les rites d’initiation et d’éducation des enfants etc. Probablement influencé par deux ouvrages contemporains (⁽Aqā’ed al-Nesā et Toḥfat al-⁽Ālam), Majlesī se base sur des propos (ḥadīṯ) attribués au Prophète et aux Imams, plus ou moins authentifiables. Il expose aussi ses propres idées, sans référence à un quelconque ḥadīṯ.

3L’A. analyse d’autres aspects de ce traité moraliste en persan (donc destiné aux simples croyants). Bien qu’ayant influencé l’attitude rigoriste des ⁽olamā shiites vis à vis des femmes, les idées de Majlesī ont parfois été tournées en ridicule par des réformistes, y compris certains ⁽olamā (elle n’en fait pas mention). Des orthographes de titres et noms propres sont défectueuses : « Āyatulla » (sans « h » final) ; Sa⁽īd Arjomand, pour Sa⁽īd Amīr Arjomand (certains prennent Amīr, titre faisant partie du nom, pour un prénom).

4Malgré l’intérêt indéniable de cette contribution, on peut se demander quelle était la situation réelle des femmes tout au long de la période safavide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Calmard. Shireen Mahdavi, « « Muhammad Baqir Majlisi, Family Values, and the Safavids », in : Michel Mazzaoui, éd., Safavid Iran and Her Neighbors. University of Utah Press, Salt Lake City, 2003, pp. 81-99. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 232, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/2762 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.2762

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search