Skip to navigation – Site map
156
Rašīd al-Dīn Faḍl Allāh Hamedānī

Jāme‘ al-tavārīḫ (Tārīḫ-e Hend va Send va Kešmīr / The History of India, Indus and Cashmere). Ed. Moḥammad Rowšan, Tehrān, Mīrāṯ-e Maktūb, 2005, 540 p.

Book review by Denise Aigle

Index terms

Top of page

Full text

1Rašīd al-Dīn est, avec ‘Aṭā’ Malik al-Juvaynī, la seconde grande figure de l’historiographie ilkhanide. Il est le premier historien à présenter une véritable histoire du monde, ceci dans le cadre d’une vaste entreprise historiographique sans précédent avant l’époque pré-moderne. Rašīd al-Dīn fut le véritable historien officiel de Ġazan. Craignant que les Mongols n’oublient la mémoire de leur glorieux passé, l’Ilkhan lui demanda de rédiger un ouvrage sur les tribus mongoles et türkes, sur les conquêtes et l’expansion de l’Empire. Par la suite Öljeitü, le successeur de Ġazan, lui demanda de rédiger une histoire des peuples avec lesquels les Mongols avaient été en contact. Sous sa forme finale, le Jāme‘ al-tavārīḫ comprend une histoire des prophètes de la Bible, de Muḥammad, de l’émergence de l’islam, des califes et des principaux sultanats, une histoire des peuples mongols et türks, une histoire de la dynastie gengiskhanide, des récits séparés sur les Chinois, les Indiens, les Juifs et les Francs, ainsi qu’un supplément généalogique et un compendium géographique, lequel s’est perdu. Cette vaste entreprise historiographique a été menée sous la direction de Rašīd al-Dīn qui a mis en forme les traductions persanes réalisées par ses collaborateurs à partir d’originaux en diverses langues auxquelles il n’avait pas accès. Il a également utilisé des sources orales. L’un de ses principaux informateurs pour les données sur les Mongols et les Chinois est Bolad Čīnksāng qui, après avoir débuté sa carrière en Chine au service de Qubilai, fut envoyé comme ambassadeur et conseiller politique du grand Qan en Iran où il passa vingt-huit ans. On trouvera une bonne synthèse sur l’entreprise historiographique de Rašīd al-Dīn, notamment sur ses sources et ses informateurs dans : Th. T. Allsen, Culture and Conquest in Mongol Eurasia, Cambridge, 2001, en particulier le chapitre 12 « Historiography », pp. 83-102.

2Les différentes parties du Jāme‘ al-tavārīḫ sont d’intérêt divers pour l’historien du fait qu’elles ne sont pas toutes originales. Les données sur la période qui suit la mort de Chinggis Qan, par exemple, reposent sur le récit de ‘Aṭā’ Malik al-Juvaynī. Les sections relatives à « l’histoire universelle » sont d’un intérêt historiographique indéniable. Elles représentent une entreprise intellectuelle sans précédent, mais personne ne s’y référerait pour faire des recherches sur l’Inde ou l’Europe. En tout cas, le Jāme‘ al-tavārīḫ est la première histoire universelle, au sens propre du terme, à savoir que l’auteur a tenté de retracer l’histoire des grandes nations du continent eurasiatique, du Pacifique à l’Atlantique.

3Les trois parties de l’œuvre de Rašīd al-Dīn (Histoire des Francs, de l’Inde et des Oġuz) sont publiées ici pour la première fois en persan avec un important apparat critique et une présentation de l’œuvre et des sources utilisées par l’auteur de ces trois parties du Jāme‘ al-tavārīḫ. En 1951, K. Jahn avait publié une partie de l’Histoire des Francs (les 3e et 4e chapitres de la deuxième partie) avec une traduction en français et des annotations [Histoire universelle de Rašīd al-Dīn Faḍl Allāh Abul-Khair, Histoire des Francs, Leyde, Brill].

4Pour écrire son History of India, Indus and Cashmere, Rašīd al-Dīn a tiré ses principales informations pour le chapitre II (description géographique des endroits habitables) de Bīrūnī (Taḥqīq mā lī-l Hind, chapitre 18) et de son informateur, un bouddhiste du Cachemire. Sur les sources d’information de Rašīd al-Dīn, voir J. A. Boyle, « Bīrūnī and Rasjīd al-Dīn », Central Asiatic Journal, vol. XXI/1, 1977, pp. 4-12. Signalons la traduction commentée accompagnée de fasc-similés de fragments ce texte par K. Jahn en 1980 (Die Indiengeschichte des Rašīd ad-Dīn. Einleitung, Vollständige Übersetzung, Kommentar und 80 Texttafeln, Vienne, 1980).

5Enfin, le troisième volume édité concerne l’histoire des Oġūz qui, à l’inverse des deux autres textes représente un intérêt certain pour l’historien. Là encore l’auteur s’est appuyé sur des textes et sur des témoignages oraux, souvent empreints de légendes mais qui ont l’intérêt, pour l’historien de la culture, de révéler l’image que l’on avait à cette époque des chefs de ces tribus qui avaient fondé un empire avant l’arrivée des Mongols. Cette partie de l’ouvrage historique de Rašīd al-Dīn avait également suscité l’intérêt de K. Jahn (Die Geschichte der Oġuzen des Rašīd ad-Dīn, mit 25 Miniaturen und 26 Facsimiles, Graz-Vienne-Cologne, 1969).

6L’intérêt de l’édition de M. Rowšan est de présenter une édition critique très minutieuse du texte complet de ces trois parties du Jāme‘ al-tavārīḫ. On trouvera un développement sur les sources utilisées par l’éditeur pour réaliser son édition et son commentaire historique. Plusieurs index et une utile translittération en caractères latins des noms propres et géographiques enrichissent l’apparat critique. L’édition de ces trois textes vient utilement compléter l’édition en 2000 d’un autre partie de l’œuvre historique de Rašīd al-Dīn, son Histoire de la Chine (History of China and Cathay. Being a fragment of Jāmi‘at-Tawārīkh, éd. Wang Yidan, Tehran, 2000). [Ce compte rendu concerne également les n° 155 et 157]

Top of page

References

Electronic reference

Denise Aigle. Rašīd al-Dīn Faḍl Allāh Hamedānī, « Jāme‘ al-tavārīḫ (Tārīḫ-e Hend va Send va Kešmīr / The History of India, Indus and Cashmere). Ed. Moḥammad Rowšan, Tehrān, Mīrāṯ-e Maktūb, 2005, 540 p. », Abstracta Iranica [Online], Volume 29 | 2008, document 156, Online since 15 September 2008, connection on 18 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/27772

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page