Navigation – Plan du site
166
Jürgen Paul

« Terms for Nomads in Medieval Persian Historiography ». Asiatische Studien / Études Asiatiques, LX/2, 2006, pp. 437-457.

Compte-rendu réalisé par Michele Bernardini

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est consacré à la terminologie concernant les nomades dans la littérature historique persane. L’A. examine en particulier des textes de l’époque timouride (ca. 1350-1450) en s’attachant plus précisément à deux termes : ṣaḥrā-nešīn et ḥašam/aḥšām. Après un avertissement concernant la difficulté d’une analyse du nomadisme pastoral pour l’époque examinée, étant donné la rareté d’un véritable nomadisme pastoral « pur », l’A. expose ses motivations quant au choix des deux termes en question, à l’exclusion d’autres tels que īl ou ulūs (ceux-ci indiquant clairement en même temps un territoire et un contexte humain), ou « Turkmen » ou « Arabe » ainsi que les termes indiquant des noms tribaux, qui se réfèrent à des contextes ethno-linguistiques. Ceci dit, les termes mêmes de ṣaḥrā-nešīn et ḥašam/aḥšām ne sont pas complètement clairs quand ils indiquent des nomades pastoraux. L’A. signale une différence remarquable entre les sources orientales – khorassaniennes – et celles d’Anatolie et de l’Iran occidental.

2Pour sa recherche Paul a dépouillé différentes chroniques historiques, le Šams al-ḥosn de Salmānī, le Ketāb-e Diyārbakriyye de Ṭihrānī, les Ẓafar-nāme-s de Yazdī et Šāmī, le Maṭla‘ al-sa‘deyn de ‘Abd al-Razzāq Samarqandī, le Bazm-o-razm de ‘Azīz Astarābādī, ainsi que le Dastūr al-kāteb fī ta‘yīn al-marāteb de Naḫčevānī qui est l’une des sources les plus représentatives pour la variété terminologique employée (voir son utilisation de moqīmī et kūčkonjī, « sédentaire » et « nomade »), le Zobdat al-tavārīḫ de Ḥāfeẓ-e Abrū, et le Jāme‘ al-tavārīḫ de Ḥasan-e Yazdī. L’A. insiste, avec raison, sur le fait que le terme ṣaḥrā-nešīn n’est pas fréquent dans l’historiographie ; de plus, comme il est souvent très proche dans l’usage du terme laškarī, une lecture différente peut être aussi envisagée dans le sens de « guerrier ». Quant à ḥašam/aḥšām, ce terme semble éloigné des implications militaires ci-dessus décrites, en étant plutôt parfois lié à un territoire ; il peut apparaître avec celui d’un chef militaire et indiquer une infériorité sociale.

3Il est souhaitable que la recherche de J. Paul puisse inclure, ultérieurement, le domaine littéraire, surtout celui de la poésie où le mythe d’un pastoralisme nomade implique d’autres références conceptuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Bernardini. Jürgen Paul, « « Terms for Nomads in Medieval Persian Historiography ». Asiatische Studien / Études Asiatiques, LX/2, 2006, pp. 437-457. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 166, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/28082

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page