Navigation – Plan du site
170
Jean Richard

« La coopération militaire entre Francs et Mongols à l’épreuve : les campagnes de Ghazan en Syrie », in : E. Boikova & G. Stary, éds., Florilegia Altaistica: Studies in Honour of Denis Sinor on the Occasion of his 90th Birthday. Wiesbaden, Harrassowitz, 2006, pp. 119-28.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1J.R., grand spécialiste des relations entre les Mongols et l’Occident latin, examine ici les raisons de l’échec de la formation d’une alliance militaire entre Ġazan et les Francs de l’Occident latin contre les Mamelouks d’Égypte et de Syrie. En effet, au début de la formation de l’Empire mongol, les grands Qans de Mongolie manifestaient un esprit de « non négociation » avec les puissances occidentales à qui seule la soumission pure et simple était proposée pour instaurer la paix. Après la défaite mongole de ‘Ayn Jālūt en septembre 1260, Hülegü (le fondateur de la dynastie mongole de Perse, les Ilkhans) fut le premier souverain mongol à proposer une alliance aux Occidentaux et aux Francs, dans une lettre écrite directement en latin en 1262. Dans cette lettre, il proposait à l’Occident latin de restituer Jérusalem aux chrétiens en échange d’une collaboration militaire contre les Mamelouks. Cette politique de recherche d’alliance avec l’Occident se poursuivit même au moment où les Ilkhans étaient désormais devenus musulmans. Ġazan, converti officiellement en 1295, juste avant son intronisation, ne lança pas moins de trois attaques sur le Bilādal-Šām. La première à la fin de 1299, début 1300, se solda par un relatif succès puisque l’Ilkhan s’empara d’une partie de la Syrie-Palestine et occupa pour un temps Damas. La deuxième invasion qui eut lieu à l’automne 1300 ne vit pas d’affrontement direct avec les troupes mamelouks. La troisième enfin, qui eut lieu au printemps 1303 se solda par la victoire des Mamelouks à Marj al-Ṣuffar le 20 avril 1303.

2Dans cet article, J.R. donne une description détaillée des différentes ambassades envoyées par l’Ilkhan aux cours occidentales pour préparer ses campagnes. Ces démarches ne se soldèrent par aucune concrétisation sur le champ de bataille. L’A. en conclut que les attaques de Ġazan sur le Bilād al-Šām étaient mal préparées tant du point de vue diplomatique que militaire, mais, surtout, que les puissances chrétiennes n’accordaient qu’une relative confiance au souverain mongol. C’était en effet un allié potentiel, mais de la même foi que les Mamelouks. À l’époque de Hülegü, puis d’Abaqa et d’Arġun, la chrétienté avait établi comme préalable à toute alliance militaire la conversion des Mongols au christianisme. Ġazan, musulman, ne pouvait, une fois de plus, qu’inspirer la défiance aux puissances chrétiennes et à la papauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Jean Richard, « « La coopération militaire entre Francs et Mongols à l’épreuve : les campagnes de Ghazan en Syrie », in : E. Boikova & G. Stary, éds., Florilegia Altaistica: Studies in Honour of Denis Sinor on the Occasion of his 90th Birthday. Wiesbaden, Harrassowitz, 2006, pp. 119-28. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 170, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/28132

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page