Navigation – Plan du site
172
Angus Stewart

« The assassination of King Het’um II: the conversion of the Ilkhans and the Armenians ». Journal of the Royal Asiatic Society, 15/1, 2005, pp. 45-61.

Compte-rendu réalisé par Julien Gilet

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est tiré de l’ouvrage du même auteur : The Armenian kingdom and the Mamluks - War and diplomacy during the reigns of Het’um II (1289-1307), Leyde, 2001. Dans un premier temps l’A. déploie le contexte géopolitique de la région, centrée sur le royaume arménien de Cilicie jusqu’en 1307. Il accentue son propos sur les relations arméno-mongoles établies depuis le milieu du XIIIe s., soit avant l’arrivée des Mongols sur la scène syrienne. Ces relations sont principalement militaires : les Mongols, maîtres de l’Anatolie, protègent la frontière nord du royaume de Cilicie tandis que les Arméniens participent aux expéditions mongoles sur la Syrie. En 1266, soit 6 ans après la première incursion mongole en Syrie par Hülegü, les Mamelouks attaquent à leur tour les Arméniens, sans qu’il y ait de véritable réaction mongole.

2L’A. présente, dans une partie très courte, l’assassinat du roi arménien et de certains membres de sa cour par un haut dignitaire mongol. Il en vient ensuite à une analyse historique des sources arméniennes et mameloukes. Ces dernières, prolixes, trouvent un motif religieux au meurtre : le meurtrier voulait faire construire une mosquée dans la capitale arménienne. Les sources arméniennes, quant à elles, sont dénuées de tout ressentiment religieux. En suivant les données des seules sources mameloukes, il serait facile de lier la conversion à l’Islam des Mongols d’Iran et l’assassinat de Het’tum II. L’A. entre en désaccord avec de nombreux spécialistes de l’histoire des Arméniens à l’époque ilkhanide qui voient dans cet acte une rupture politique entre Arméniens et Mongols, rupture qui sera définitivement consommée sous le règne de Öljeitü (1304-1316). Il est vrai que, pendant cette période, les relations sont plus lâches entre les deux États. Mais, comme le souligne l’A., les assassins sont immédiatement mis à mort sur ordre de l’Ilkhan. De plus, de nombreuses ambassades sont échangées entre les Ilkhans islamisés et l’Occident latin ; les problèmes religieux ne viennent qu’au second plan, une certaine « Realpolitik » prenant le pas sur les différences religieuses. Pour l’A., la conversion des Mongols d’Iran est bien sûr un évènement important à prendre en compte, mais il ne doit pas être surestimé en ce qui concerne les relations politiques entre Arméniens et Mongols à cette époque. La conversion n’est que lente et progressive, et certainement pas soudaine et radicale, entraînant de brusques changements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Gilet. Angus Stewart, « « The assassination of King Het’um II: the conversion of the Ilkhans and the Armenians ». Journal of the Royal Asiatic Society, 15/1, 2005, pp. 45-61. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 172, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/28152

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page