Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 294. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.1. Safavides et QâjârsRobert Gleave. « The clergy and t...

4. Histoire, Période Musulmane
4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle
4.2.1. Safavides et Qâjârs
184

Robert Gleave. « The clergy and the British: perceptions of religion and the ulama in early Qajar Iran », in : Vanessa Martin, ed., Anglo-Iranian Relations since 1800. London, Routledge Curzon, 2005, pp. 36-54.

Denis Hermann

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet article particulièrement clair analyse la perception qu’avaient les sujets britanniques du clergé shi‘ite iranien durant la première partie de l’époque qājār.

2À travers quatre évènements échelonnés dans le temps, l’A. montre de quelle manière le regard porté par les diplomates anglais sur les oulémas devint plus complexe et précis. Ils modifièrent progressivement leur attitude à l’égard de ces derniers, percevant le rôle politique majeur qu’ils jouaient en Iran. Les Britanniques en vinrent alors à tenter de s’appuyer sur eux afin de défendre leurs intérêts politiques et économiques dans la région.

3La première partie de l’article consiste en une étude des correspondances diplomatiques évoquant le pouvoir social des oulémas au cours de l’époque zand et au début de l’ère qājār. La seconde partie concerne les réactions britanniques vis-à-vis du rôle des religieux au cours des deux guerres irano-russes, durant le règne de Fatḥ ‘Alī Šāh. La troisième partie donne une analyse des courriers échangés au cours de l’année 1836 entre le diplomate John McNeill et Moḥammad Bāqer Šaftī, l’un des religieux iraniens les plus respectés du moment. À travers l’exemple de Būshehr, l’A. évoque finalement les rancœurs des oulémas de second rang envers le Royaume-Uni.

4R. Gleave insiste ici sur l’usage d’une rhétorique toujours plus religieuse de la part des diplomates britanniques, dans le but de s’assurer de l’étroite collaboration des oulémas. Ils encouragèrent ainsi le clergé iranien, comme le faisait l’empire ottoman, à faire la guerre aux Russes au nom du jihad contre les infidèles, insistant par ailleurs sur l’opposition intrinsèque existant entre les valeurs de la France révolutionnaire et celles de l’islam, afin d’éviter tout rapprochement entre les Qājār-s et la France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Hermann, « Robert Gleave. « The clergy and the British: perceptions of religion and the ulama in early Qajar Iran », in : Vanessa Martin, ed., Anglo-Iranian Relations since 1800. London, Routledge Curzon, 2005, pp. 36-54. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 184, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/28392 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.28392

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search