Navigation – Plan du site
209
Soli Shahvar

« Communications, Qajar Irredentism and the Strategies of British India: The Makran Coast Telegraph and British Policy of Containing Persia in the East (Balutchistan) ». Part I: Iranian Studies, 39/3, septembre 2006, pp. 329-351; Part II: idem, 39/4, décembre 2006, pp. 569-595.

Compte-rendu réalisé par Jean Calmard

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’A. de cet excellent article avait déjà soutenu une thèse inédite sur le projet britannique de ligne télégraphique indo-européenne : S. Shahvar, « The Formation of the Indo-European Telegraph Line: Britain, the Ottoman Empire and Persia, 1855-1865 » (Unpublished Ph.D dissertation, the University of London, 1997). Il nous démontre ici comment le gouvernement qājār résista aux pressions anglaises à propos de la construction de la ligne télégraphique devant relier Karachi à Fao, en territoire sous contrôle ottoman. Pour des raisons techniques (attente de l’amélioration des liaisons par câbles sous-marins), la construction d’une ligne terrestre traversant le Makrān fut envisagée. Cette ligne devait passer par des territoires au statut politique vague. Cela impliquait les revendications de trois gouvernements : la Perse, Mascate (les Qājār affermaient à l’Imam de Mascate certains ports ou bandes côtières, en particulier au Makrān), Kalāt (dont le khan contrôlait la partie orientale du Balutchistan, notamment à travers certains chefs locaux).

2La première partie concerne : un rappel du contrôle des Anglais et des Persans sur le Baluchistan jusqu’aux années 1850 ; les projets britanniques sur cette zone et surtout sur le Makrān ; les repérages préparatoires ; les conflits d’intérêts et la recherche d’une alternative à la traversée de territoires persans ; le projet de construction de la ligne terrestre Karachi-Gwadar ; le début et l’arrêt de la construction (1862) ; la reprise des négociations et la construction de cette ligne.

3La seconde partie concerne tout d’abord la volonté des Qājārs d’avancer vers l’Est, contrée par les Anglais qui revendiquaient la possession de Gwadar (Gwadur). La ligne terrestre Karachi-Gwadar finira par rejoindre, en 1865, les territoires sous contrôle ottoman (par câbles sous-marins de Fao et Bushir à Gawdar). Les implications politiques de cette construction entraînèrent de longues négociations sur la démarcation de la frontière orientale de la Perse au contact de l’Inde britannique. Bien qu’à la fin défavorisé par les tractations politiques des Anglais, le gouvernement qājār fit montre d’une résistance « honorable » à leur pression.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Calmard. Soli Shahvar, « « Communications, Qajar Irredentism and the Strategies of British India: The Makran Coast Telegraph and British Policy of Containing Persia in the East (Balutchistan) ». Part I: Iranian Studies, 39/3, septembre 2006, pp. 329-351; Part II: idem, 39/4, décembre 2006, pp. 569-595. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 209, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/28702

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page