Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 294. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.3. Inde musulmaneCarl W. Ernst. « Situating Sufism...

4. Histoire, Période Musulmane
4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle
4.2.3. Inde musulmane
218

Carl W. Ernst. « Situating Sufism and Yoga ». Journal of the Royal Asiatic Society, Vol. 15, Part I, Series 3, April 2005, pp. 15-43.

Fabrizio Speziale

Entrées d’index

Rubriques :

4.2.3. Inde musulmane
Haut de page

Texte intégral

1Cet article apporte une contribution importante aux études sur les rapports entre soufisme et yoga, à commencer notamment par la description de la manière dont les premiers orientalistes avaient forgé et transmis ces rapports : ils avaient interprété artificiellement le soufisme comme un phénomène non pas essentiellement islamique, mais dérivé ou influencé par l’hindouisme. La discussion méthodologique d’Ernst, très bien argumentée, met en évidence les limites conceptuelles et historiques qui dérivent de l’approche essentialiste dans l’étude des religions. L’A. observe que c’est avec la Réforme protestante que le concept dominant des religions devient celui d’essences qui ne seraient pas conditionnées par l’histoire, et il analyse à la suite les problèmes soulevés par les catégories et termes principaux de la vision essentialiste, qui réduit toutes les similarités entre les religions à l’effet d’emprunts (borrowing), d’influences ou de syncrétisme.

2L’article décrit les aspects multiples des contacts qui se nouèrent dans le monde indien entre les soufis, le yoga et les yogis, un rapport dont la physionomie ne fut pas homogène mais complexe, ainsi que le démontrent les réactions parfois hostiles des maîtres les plus éminents. L’A., qui se fonde essentiellement sur les sources persanes, identifie les plus importantes descriptions du yoga et les discussions sur le sujet qui circulèrent en Inde musulmane et dans le milieu du mysticisme, mettant en relief les différences de traitement du sujet selon les ouvrages. Ernst montre en particulier le rapport avec la tradition Nath du yoga, qui s’était développée peu avant l’arrivée des soufis en Inde. Le Indian census du 1891 estimait que le 17% des yogis étaient musulmans, une donnée, observe Ernst, qu’il est difficile d’interpréter : s’agissait-il de yogis devenus musulmans ou de musulmans adeptes du yoga ? La discussion menée par Ernst sur les sources et les études précédentes sur le sujet, montre avec insistance que les rapports entre les soufis et le yoga furent loin d’être univoques. D’un côté, dans la traduction du manuel yoga Amrtakunda, de grands maîtres du yoga sont identifiés avec des prophètes de la tradition islamique et des maîtres soufis indiens importants, surtout parmi les Čištī et les Šaṭṭārī, incluent des éléments du yoga dans leurs traités et parmi les méthodes mystiques de leurs ordres ; d’un autre côté, on découvre que d’éminents soufis indiens s’opposèrent au rapprochement et même le rejetèrent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Speziale, « Carl W. Ernst. « Situating Sufism and Yoga ». Journal of the Royal Asiatic Society, Vol. 15, Part I, Series 3, April 2005, pp. 15-43. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 218, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/28882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.28882

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search