Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 295. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophone« Calligraphers, Illuminators, an...

238
Sheila Blair

« Calligraphers, Illuminators, and Painters in the Ilkhanid Scriptorium », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leiden / Boston, Brill, 2006, pp. 167-182.

Compte-rendu réalisé par Eloïse Brac de La Perrière

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Comme à son habitude Sheila Blair parvient à rendre limpide un sujet complexe, sans jamais réduire la densité des informations. Son article reprend point par point, systématiquement, les principales données accumulées jusqu’à ce jour sur l’art du livre persan en période ilkhanide. Partant du postulat premier que l’art du livre peut être considéré comme le plus important changement artistique survenu en Iran durant cette période, elle s’interroge tout au long de cet exposé sur la fabrication des codex de facture particulièrement soignée – les manuscrits dits « de luxe » –, sur le mécénat en rapport, et par conséquent sur l’identité des commanditaires et des artistes. La production livresque, en plein développement, couvre un large éventail de sujets ; dès lors, il n’est pas surprenant que l’exécution des manuscrits, de manière générale, connaisse à la même période une véritable amélioration qualitative, tant en ce qui concerne les graphies, que les peintures (enluminures et « miniatures »). Le très grand intérêt que présentent les manuscrits ilkhanides par rapport aux périodes précédentes réside dans le fait qu’un nombre non négligeable de colophons ait été préservé, offrant à l’analyse des datations certaines ainsi que d’autres informations de première importance sur les commanditaires et les exécutants. Ainsi, si certains calligraphes travaillent de manière indépendante, probablement à leur domicile, la plupart sont très certainement rattachés à des ateliers de plus large ampleur, où les tâches sont divisées par équipes. De même, certains ateliers dépendent d’établissements scientifiques, comme à Marāġa, première capitale ilkhanide et haut lieu du savoir en Iran occidental. Les milieux soufis sont également à l’origine de nombreuses copies, textes coraniques, mystiques, mais aussi œuvres littéraires, comme l’attestent les inscriptions figurant sur plusieurs ouvrages. Mais les centres de production les plus prestigieux restent sans conteste ceux liés au mécénat du célèbre vizir Rašīd al-dīn : le “Rab‘-i Rašīdī” à Tabrīz bien sûr, ainsi que d’autres fondations pieuses à Solṭāniyye, Hamadān, Yazd et Bagdad. On situe les premières commandes de cet homme d’État aux alentours de 1305, soit au tout début du XIVe s., et les dernières œuvres en rapport avec lui durant la brève relève de son fils, Ġiyāṯ al-dīn, également vizir en 1328. De ce quart de siècle nous sont parvenus neuf manuscrits, tous datés ou datables avec certitude : trois célèbres exemplaires du Jāmi‘ al-tawārīḫ, en arabe et en persan, dont la copie comme l’illustration ont été supervisées par le vizir lui-même ; deux manuscrits du Majmū‘a al-rašīdiyya, œuvre théologique dont Rašīd al-dīn est encore l’auteur, et dont la Bibliothèque nationale de France possède un exemplaire ; et enfin quatre Corans en trente volumes dont les colophons donnent des indications de première importance sur les lieux d’exécution et l’identité des calligraphes. Ces neuf manuscrits permettent à S. Blair de mettre en avant les principaux caractères codicologiques des manuscrits à peintures ilkhanides de ce groupe de très belle facture : les formats, bien sûr, qui diffèrent tout à fait de ceux des rotulus encore très utilisés dans les chancelleries royales, les dimensions particulièrement imposantes, les graphies, et conséquemment la réglure, qui établissent par ailleurs des différenciations notables entre les Corans et les manuscrits profanes, globalement moins soignés, ainsi que, pour finir, l’usage de la chrysographie. Des artistes à l’origine des codex, et des peintres tout particulièrement, on ne connaît encore que peu de choses, les informations les concernant arrivant tardivement dans des ouvrages comme celui de Dūst Moḥammad en 1544. Cependant l’acte de fondation du “Rab‘-i Rašīdī” demeure un document inestimable pour les informations qu’il fournit sur un lieu consacré à la production des livres. S. Blair sait l’exploiter dans ses plus infimes détails, concluant son article sur un intéressant parallèle avec le scriptorium du monastère de St Gall, qui lui permet de s’interroger pour finir sur la manière même de copier et d’illustrer, physiquement, dans les ateliers ilkhanides.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloïse Brac de La Perrière. Sheila Blair, « « Calligraphers, Illuminators, and Painters in the Ilkhanid Scriptorium », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leiden / Boston, Brill, 2006, pp. 167-182. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 238, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/29262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.29262

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search