Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 295. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophone« Erudition Exalted: the Double F...

243
Robert Hillenbrand

« Erudition Exalted: the Double Frontispiece to The Epistles of the Sincere Brethren », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leiden / Boston, Brill, 2006, pp. 183-212.

Compte-rendu réalisé par Eloïse Brac de La Perrière

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Reprenant l’analyse du célèbre double frontispice du Rasā’il Iḫwān al-Ṣafā’, L’Epître des Purs fidèles, publiée par R. Ettinghausen il y a quarante-cinq ans dans La Peinture arabe, sans doute la plus pertinente jusqu’à aujourd’hui, R. Hillenbrand s’attache à démontrer ici l’importance de cette peinture en tant qu’œuvre charnière dans la transition de la peinture arabe vers la peinture persane. Le manuscrit en question, sorte de compendium shiite, est conservé à la Bibliothèque de la Süleymaniye à Istanbul, et a été peint à Bagdad en 686 H./1287, soit près de trente ans après la chute du califat abbasside. Le texte est le fruit du travail de cinq auteurs, tous identifiés dans le frontispice, et présente par ailleurs neuf autres personnages sur les deux pages qui se font face et doivent être interprétées de concert. Cette profusion des figures humaines, tout comme la mise en scène de cette paternité multiple de l’œuvre, renforce l’originalité de cette peinture, déjà notable stylistiquement. C’est par le biais de cinq axes différents que R.H. choisit donc de conduire sa réflexion : premièrement, le traitement du sujet, autrement dit le portrait d’auteur à travers ce portrait d’auteurs multiples. Deuxièmement, l’utilisation de l’espace qui conduit au troisième point, la représentation de l’architecture-cadre dans laquelle s’inscrit l’action. Cette dernière fait l’objet de la quatrième partie de l’analyse consacrée à la valeur narrative de l’image, quand la cinquième et dernière partie revient plus précisément, quoique brièvement, sur le style de la peinture. Cette vision d’ensemble reste néanmoins très fouillée et continuellement alimentée par des parallèles et références à d’autres analyses. Insistant sur le fait qu’il s’agit là d’une des dernières résurgences du portrait d’auteur dans la peinture de manuscrit islamique qui va consacrer par la suite, avec la suprématie de la peinture persane, l’essentiel des frontispices aux représentations du pouvoir, R.H. remarque combien le peintre de L’Epître des Purs fidèles fait preuve d’originalité dans le traitement de la scène. Celle-ci, insérée dans un espace à trois dimensions, foisonnant, bouillonnant même, comme viennent le matérialiser certaines représentations de textiles, est profondément vivante, bien loin du hiératisme habituellement affiché par les représentations empruntées à la peinture byzantine ou à l’antiquité tardive. On pourrait y voir une manière d’« humaniser » la science sans toutefois en altérer le prestige. Ce double frontispice, comme un chant du cygne pour la peinture arabe, en est dès lors tout à la fois l’expression la plus accomplie et, pourtant, la moins représentative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloïse Brac de La Perrière. Robert Hillenbrand, « « Erudition Exalted: the Double Frontispiece to The Epistles of the Sincere Brethren », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leiden / Boston, Brill, 2006, pp. 183-212. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 243, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/29322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.29322

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search