Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 295. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophone« Patronage of the Arts of the Bo...

254
Elaine Wright

« Patronage of the Arts of the Book under the Injuids of Shiraz », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leiden / Boston, Brill, 2006, pp. 248-268.

Compte-rendu réalisé par Eloïse Brac de La Perrière

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude consacrée au patronage du livre sous domination injûe repose sur un petit groupe de manuscrits à peintures, datés ou datables entre 1330 et 1360 environ, probablement exécutés dans le Fārs. A la mort du souverain ilkhanide Abū Sa‘īd, avec l’avènement d’Abū Isḥāq, la dynastie injûe quitte définitivement son statut vassal : cette prise d’indépendance donne une impulsion nouvelle au patronage princier. La production de manuscrits à peintures figure parmi les grands bénéficiaires de cette nouvelle donne politique, Abū Isḥāq ayant tenu, semble-t-il, à ce rôle de mécène, indissociable de celui du souverain puissant et bienfaiteur. E.W. part d’une première constatation : le groupe des manuscrits précédemment cités peut être divisé selon deux périodes distinctes, la première correspondant à celle précédant le règne d’Abū Isḥāq et dont le terminus ante quem peut être fixé vers 1340, la seconde regroupant les œuvres exécutées sous son patronage même, c’est-à-dire entre 1340 et la prise de pouvoir des Mozaffarides à Šīrāz, au milieu du siècle. C’est essentiellement à partir de critères iconographiques et stylistiques que l’A. établit cette distinction fondamentale. En effet, les peintures des manuscrits injûs de la deuxième période, sous le règne d’Abū Isḥāq, font de toute évidence appel à des éléments directement empruntés à l’art du livre ilkhanide. Ceci est particulièrement perceptible dans le chromatisme, à la fois plus vif et plus étendu que celui de la première période. L’iconographie bien particulière, comme celle utilisée pour la représentation du couple souverain dans les frontispices, ne manque pas non plus de rappeler celle des illustrations des diverses copies du Ta’rīḫ-e ġāzānī, Histoire des Mongols, et premier volume du Jāmi‘ al-tawārīḫ de Rašīd al-dīn. Dans l’ensemble, les manuscrits de cette deuxième période montrent une unité dont le premier groupe est dépourvu. Ces similitudes avec les manuscrits ilkhanides amènent E.W. à s’interroger sur l’identification des artistes, dont certains ont probablement travaillé dans les ateliers ilkhanides avant de rejoindre la cour injûe, et par conséquent sur les liens entre Tabrīz et Šīrāz en ce milieu du XIVe s., ainsi que sur la transmission du savoir-faire artistique ilkhanide chez les Injûs, puis chez les Mozaffarides. Ces changements notables dans les manuscrits injûs sont donc intimement liés à la question du patronage. Si les premiers ouvrages ne peuvent être considérés d’emblée comme issus d’une production commerciale et donc a priori dépourvue de commanditaires, il faut toutefois s’interroger sur ce point. A contrario, tout laisse penser que ceux de la période suivante portent des marques distinctives les rattachant aux sphères du pouvoir, même si le nom d’Abū Isḥāq ne figure – donnée non négligeable – dans aucun colophon. Les perspectives ouvertes par cet article paraissent dès lors d’une importance capitale pour l’histoire du livre persan à ses débuts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloïse Brac de La Perrière. Elaine Wright, « « Patronage of the Arts of the Book under the Injuids of Shiraz », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leiden / Boston, Brill, 2006, pp. 248-268. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 254, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/29582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.29582

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search