Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 298. SoufismeJavād Borūmand Sa‘īd. Ā’īn-e qala...

8. Soufisme
291

Javād Borūmand Sa‘īd. Ā’īn-e qalandarān. Kermān, Dānešgāh-e Šahīd Bāhonar, 1384/2005, 437 p., index et bibliographie.

Mojan Membrado

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre tente d’évoquer (en 9 chapitres, le ch. 10 contenant des index) les différents aspects de la vie et de la voie des qalandars ; principalement à travers des extraits d’œuvres littéraires et de traités mystiques. Les informations historiques sur les qalandars sont rares et quand elles existent (extraits des récits de voyages et d’ouvrages historiques) elles sont de parti-pris.

2Après avoir passé en revue les différentes étymologies du mot qalandar (pp. 11-26), celle retenue par l’A. est la suivante : salandar devenu kalandar puis qalandar signifie « celui qui n’a pas de demeure fixe (āvāre, bī-ḫānemān) ». D’après T. Yazici (voir ses articles « Ḳalandar » et « Ḳalandariyya » in Encyclopédie de l’Islam), ce terme apparaît pour la première fois dans un robā‘ī de Bābā Ṭāher ‘Oryānī et dans un bref traité intitulé Kalandar-nāme du célébre ‘Abd Allāh Anṣārī (m. 481/1088-9). Il dériverait du persan kalandar ou kalāntar. C’est le nom donné aux membres d’une classe de derviches qui existaient autrefois, surtout aux VIIe/XIIIe s., au sein du monde musulman et se distinguaient des autres Musulmans par leur adhésion à la doctrine des Malāmatiyye ainsi que par leur habillement, leur comportement et leur mode de vie non conformistes.

3Dans ce livre le terme qalandar désigne tantôt un mystique détaché du monde, tantôt un groupe organisé avec des objectifs égalitaristes. L’A. parle en effet de la branche armée de ā’īn-e ‘ešq sans toutefois définir la nature et l’histoire de ce mouvement religieux. Il affirme que les qalandars, malgré leurs apparences désorganisées et non centralisées, constituaient un ordre militaire (leurs armes et outils sont répertoriés au ch. 4) souterrain et mobile ; ils initiaient à leur cause ceux qu’ils jugeaient aptes à l’être. Animés par des aspirations égalitaires ils combattaient les injustices. Ils possédaient leur propre langage et signes secrets. Les affirmations de l’A. sur ces caractéristiques ne sont pas précédées d’une démonstration contradictoire, ni appuyées de références.

4D’un point de vue historique, d’après les études plus précises (voir Yazici op. cit. et ses références), qalandariyya était le nom donné auparavant à un mouvement qui sans être strictement organisé apparut au IIIe/IXe s., après l’apparition de la Malāmatiyye. Au VIIe/XIIIe s., l’ordre de Qalandariyye est formé (voir Karamustafa 2006, p. 55). Il se présente comme fortement influencé par le Bouddhisme.

5L’A. qualifie la voie des qalandars comme un mode de vie simple et une attitude non dogmatique par rapport à la religion. Il établit des liens (flous et non développés) entre la foi des qalandars et le mithraïsme (p. 147). De même il mentionne le nom des ḫāksārs (p. 153) et des ‘ayyārs (p. 205) sans toutefois donner de précisions sur la nature de ces liens. Il souligne fortement l’opposition qalandar/ṣūfī et celle qalandar/zāhed (ch. 5).

6Le ch. 10 contient l’index des mots et des noms propres. Dans la bibliographie, les ouvrages en langues européennes (cités rarement dans le texte) n’apparaissent pas. Les citations bibliographiques dans le texte comportent parfois des erreurs (p. 13, Ivanov : The Truth-worshippers).

7Ce livre constitue une bonne référence sur les expressions et lexiques associés aux qalandars. Néanmoins sa lecture doit être complétée par celle d’autres travaux offrant une perspective historique et un regard critique. A. Karamustafa dans son « God’s Unruly Friends » paru en 1994 et réédité en 2006, décrit d’une manière détaillée et documentée l’émergence et l’évolution de différents groupes de derviches ayant cette forme particulière de piété en terre d’islam. Plus récemment, la thèse de doctorat de Ch. Tortel « Saints ou Démons ? Les qalandars jalâli et autres derviches errants en Terre d’Islam (Russie méridionale et Inde) aux XIIIe-XVIIe siècles à travers des textes inédits traduits du persan » soutenue à l’EPHE, de Paris en 1999, traite du même sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mojan Membrado, « Javād Borūmand Sa‘īd. Ā’īn-e qalandarān. Kermān, Dānešgāh-e Šahīd Bāhonar, 1384/2005, 437 p., index et bibliographie. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 291, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/30382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.30382

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search