Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 298. SoufismeMaryam Ḥoseynī. Naḫostīn zanān-e ...

8. Soufisme
293

Maryam Ḥoseynī. Naḫostīn zanān-e ṣūfī, hamrāh bā maṭn-e kāmel-e Ḏikr al-Niswāh al-muta‘abbidāt al-ṣūfiyyāt az Abū ‘Abd al-Raḥmān Moḥammad ibn Ḥoseyn Sollamī. Traduit de l’arabe en persan et accompagné d’une étude de Maryam Ḥoseynī, Tehrān, ‘Elm, 1385, 522 p. [Les premières femmes soufies, avec le texte complet du Mémorial des femmes pieuses soufies d’Abū ‘Abd al-Raḥmān Sollamī]

Ève Feuillebois-Piérunek

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage commence par une copieuse introduction de 170  pages, organisée en deux parties. La première traite du soufisme au féminin, présente les grandes personnalités, étudie la sagesse spirituelle, l’amour divin, la poésie, la folie mystique, le don des larmes, les locutions théopathiques, les miracles et charismes, les pratiques ascétiques et spirituelles, la positionnement par rapport au célibat et au mariage, les relations avec les hommes soufis et les guildes de chevalerie. La seconde s’attache à la présentation de la vie et de l’œuvre de Sulamī, du contexte dans lequel il vécut et écrivit. Elle contient également une présentation générale de son traité sur les femmes soufies avec une attention particulière portée à la construction de ce texte.

2La traduction annotée du texte arabe en persan occupe les pages 171 à 394. Le texte arabe, longtemps considéré comme disparu, a été récemment redécouvert par un savant saoudien en 1991 et édité une première fois en 1993, avant d’être réédité de façon plus correcte et traduit en anglais en 1999 par Erkia Cornell (Fons Vitae). C’est cette édition qui est ici reprise dans les pages 394 à 522.

3On apprend alors incidemment que l’introduction et les notes sont également tirées du travail de Cornell, même si elles ont été parfois étoffées par la traductrice. Il eût été plus honnête de signaler d’entrée de jeu qu’il s’agissait d’une adaptation du livre de Cornell, accompagnée d’une traduction en persan du texte arabe. La référence bibliographique prête à confusion puisque le nom de la traductrice y figure comme nom d’auteur de la totalité du volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek, « Maryam Ḥoseynī. Naḫostīn zanān-e ṣūfī, hamrāh bā maṭn-e kāmel-e Ḏikr al-Niswāh al-muta‘abbidāt al-ṣūfiyyāt az Abū ‘Abd al-Raḥmān Moḥammad ibn Ḥoseyn Sollamī. Traduit de l’arabe en persan et accompagné d’une étude de Maryam Ḥoseynī, Tehrān, ‘Elm, 1385, 522 p. [Les premières femmes soufies, avec le texte complet du Mémorial des femmes pieuses soufies d’Abū ‘Abd al-Raḥmān Sollamī] »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 293, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/30462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.30462

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search