Navigation – Plan du site
311
George Saliba

« Horoscopes and Planetary Theory: Ilkhanid Patronage of Astronomers », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leiden / Boston, Brill, 2006, pp. 357-368

Compte-rendu réalisé par Živa Vesel

Texte intégral

1L’A. remet en cause l’opinion courante sur la fonction de l’observatoire de Maraghe (1259-60) selon laquelle les observations astronomiques servaient essentiellement les prédictions astrologiques. Son fondateur Hulagu aurait ainsi apprécié Naṣīr al-dīn Ṭūsī davantage comme conseiller politique que comme astrologue. Plusieurs indices convergent en ce sens : l’observatoire correspondrait à une récompense offerte à Ṭūsī après la conquête du califat ; sa construction et son maintien étaient couverts par le système de vaqf et non par les ressources propres du souverain ; Hulagu n’avait accordé à Ṭūsī qu’une période de douze ans pour les observations (et non de trente ans comme proposé par Ṭūsī) ; on ne connaît pas d’horoscope dressé pour Hulagu en particulier, etc. Cet important article a le mérite de nuancer un certain nombre d’idées. Que les savants arrivaient à joindre leurs propres recherches aux projets royaux vaut pour tous les domaines et époques. L’A. nous aide à mieux distinguer entre les activités qui relevaient de l’astronomie face à l’astrologie, sujet déjà traité en détail par ailleurs (cf. G. Saliba, « Astronomy and Astrology in Medieval Arabic Thought », in : R. Rashed & J. Biard, eds., Les Doctrines de la science de l’Antiquité à l’âge classique, Louvain, Peeters, 1999, pp.131-164).

2Cependant l’astrologie ayant été réprouvée par l’orthodoxie, on ne peut exclure une certaine discrétion quant à sa pratique même à la cour. D’autre part, les techniques du pronostic étant constitutives de la culture politique des Mongols (cf. Th. Allsen, Culture and Conquest in Mongol Eurasia, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, chap.17 et 21), on ne peut exclure non plus que Hulagu aurait eu recours aux traditions proprement mongoles dans le domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Živa Vesel. George Saliba, « « Horoscopes and Planetary Theory: Ilkhanid Patronage of Astronomers », in : L. Komaroff, ed., Beyond the Legacy of Genghis Khan. Leiden / Boston, Brill, 2006, pp. 357-368 », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 311, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/30912

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page